•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes noires remarquables du Canada

Des danseurs africains dansent devant des gens attablés.

Un groupe de danseurs venus de l'Ouganda, Hope Troup, se sont produits à l'événement.

Photo : Radio-Canada / Francesca Merentie

Radio-Canada

C’est dans des robes splendides et des coiffures remarquables que des femmes noires venues de partout au pays ont rayonné sur le tapis rouge du gala reconnaissant les 100 femmes noires à suivre en 2019.

L’événement a été créé pour valoriser la contribution des femmes noires dans l’avancement du Canada, a confié sa fondatrice, Rose Cathy Handy.

Une femme sourit devant un panneau.

Rose Cathy Handy s'est par ailleurs dite très attristée par la mort de la journaliste canado-somalienne Hodan Nalayeh qui figurait sur la liste des 100 femmes noires à surveiller en 2016.

Photo : Radio-Canada / Lise Ouangari

L’objectif est de sortir la femme noire de dessous le radar et de se dire que la femme noire a une place entière et elle fait des choses incroyables ici au Canada qui font avancer le pays.

Il faut que dans les quatre coins du Canada on sache ce qu'elles font d’incroyable.

Rose Cathy Handy, fondatrice du gala

Le gala souligne le parcours des femmes noires que ce soit dans les arts, le sport, les médias, l’entrepreneuriat, ou encore dans le travail communautaire.

Ce qui est très beau dans ce gala, c’est de pouvoir voir ce qui se fait ailleurs, voir les talents, c’est extrêmement stimulant et intéressant, a déclaré Renée-Chantal Belinga, conseillère d'arrondissement pour Montréal-Nord, qui figure sur la liste prestigieuse.

Une femme noire lors d'un gala.

Renée-Chantal Belinga déplore qu'il n'y ait pas assez de femmes noires dans les postes de pouvoir, en particulier en politique.

Photo : Radio-Canada / Lise Ouangari

Elle déplore qu'il n'y ait pas assez de femmes noires dans les postes de pouvoir, en particulier en politique.

C’est une reconnaissance qui met en perspective toute l’importance de la diversité dans des postes décisionnels et c’est très apprécié. On est à notre place et il faut plus de femmes issues de la diversité dans les postes politiques, a-t-elle affirmé.

Inspirer les futures générations

Je suis très heureuse et fière d’elle, a confié Kiana Eagle-Ellis Sawyer dont la maman figure parmi les 100 femmes reconnues. Je me sens inspirée par ces femmes, pour faire plus, parce que, elles, l’ont fait, a expliqué l’adolescente.

Une femme noire et sa fille.

DahliYah Eagle-Ellis et sa fille Kiana au gala qui identifie les 100 femmes noires à surveiller au Canada en 2019.

Photo : Radio-Canada / Lise Ouangari

Sa mère croit que l’événement montre l'exemple pour l’avenir.

C'est stimulant parce qu’il faut deux mains pour applaudir et si, en tant que communauté, nous pouvons travailler ensemble pour donner l'exemple à la prochaine génération, comme ma fille, je pense que nous allons encourager davantage de positivité pour l'avenir, a déclaré DahliYah Eagle-Ellis, une coiffeuse et entrepreneuse de Toronto, originaire de la Jamaïque.

Rose Cathy Handy considère aussi que montrer les visages de femmes noires aux jeunes générations permettra d’encourager des vocations.

Beaucoup de jeunes filles dans les écoles ont des ambitions, mais parfois elles se découragent parce qu'elles n’ont jamais vu quelqu’un qui est comme elle. Qui lui ressemble par la couleur de la peau et qui a réussi dans ce domaine et pourtant il y en a, donc il faut montrer ces exemples pour que nos jeunes filles puissent croire en elle et en leurs ambitions, a-t-elle indiqué.

D’autres femmes se sont dites touchées d’être reconnues par des membres de leur communauté, car ce sont leurs membres qui choisissent de nommer les candidates sans que celles-ci le sachent forcément.

Francesca Merentie Cineas

Francesca Merentie Cineas

Photo : Radio-Canada

C’est surtout le fait d’avoir été nommée par des gens dont j’ignore l’identité, ça, ça me rassure dans le fait que je suis en train de représenter [...] Être récompensée par ma communauté, c’est le plus grand honneur, s’est réjouie Francesca Merentie Cineas, une journaliste et animatrice à Radio-Canada.

Dans les bras de leur femme, des hommes aussi relevaient le menton.

Le mari de la consultante en immigration Alonso Nadege Ouedraogo, Timothé Alonso, s’est dit fier de voir sa femme être reconnue ainsi. Elle le mérite, c’est un accomplissement de tout le travail qu’elle a fait. Le fait d'être une femme noire au Canada, de monter sa propre structure et la développer, c’est pas facile tous les jours, donc un peu de reconnaissance, ça fait du bien, a-t-il affirmé.

une femme noire et un homme blanc posent lors d'un gala.

La consultante en immigration Alonso Nadege Ouedraogo et son mari Timothé Alonso lors du gala.

Photo : Radio-Canada / Lise Ouangari

Parmi les femmes reconnues figure Florence Ngenzebuhoro, la directrice-générale du Centre francophone de Toronto (CFT).

Omayra Issa, Sandra Mushale, Jessica Opoku, Rita Orji, Haviah Mighty, Onty Kan, Sarah J. Cadore… la liste est trop grande pour toutes les nommer.

Il faut surtout qu’on garde un oeil sur ces femmes, parce qu’elles arrivent, a prévenu Rose Cathy Handy.

Toronto

Égalité des sexes