•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation au rassemblement des Témoins de Jéhovah

5 personnes munies de pancartes

Quelques personnes manifestent à l'occasion d'un rassemblement des Témoins de Jéhovah à Edmonton

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Marc-Antoine Lavoie

À l’occasion d’un rassemblement de milliers de Témoins de Jéhovah à la Place Rogers à Edmonton, une poignée d’anciens fidèles ont dénoncé dimanche les politiques du groupe religieux qui, selon eux, contribueraient à dissimuler des abus sexuels commis sur des mineurs.

Quelques manifestants ont tenté de se faire entendre devant le temple des Oilers, transformé en « salle du royaume » pour la fin de semaine rassemblant, selon les organisateurs, quelque 15 000 Témoins de Jéhovah.  

Il y a des gens de l'Alberta, du nord du Canada et de la Colombie-Britannique qui vont être ici. C'est une belle chance d'atteindre le plus de personnes possible, affirme une ancienne Témoin de Jéhovah, Jan Perrin.

La femme de 27 ans a quitté le mouvement religieux il y a quatre ans disant avoir été victime d’un abus étant plus jeune. Elle affirme que des Témoins de Jéhovah lui auraient conseillé de laisser ça entre les mains de Dieu et de ne rien rapporter à la police.

Le rassemblement des Témoins de Jéhovah qui se déroule sous le thème « l’amour ne disparaît jamais » est annoncé comme étant « ouvert à tous ». Radio-Canada s’est toutefois vu refuser l’accès à l’intérieur de l’édifice. Le groupe a aussi décliné nos demandes d'entrevue.

L'intégrité des enfants

Un participant au rassemblement des Témoins de Jéhovah rapporte néanmoins que les politiques entourant les allégations d'abus physiques contre les enfants ont fait partie des discussions.

Reid Clark assure que l'organisation des Témoins de Jéhovah ne va jamais protéger des personnes visées par des accusations aussi sérieuses.

Il ajoute que le groupe religieux a recommandé à ses membres de rapporter tous les incidents de nature criminelle à la police.

L'objectif principal est le bien et l'intégrité des enfants pour éviter qu'il y ait des abus à l'avenir.

Reid Clarke, participant au rassemblement

Actions collectives

Jan Perrin, qui se dit maintenant athée, croit qu’il faut profiter de l’attention engendrée par l’autorisation d’actions collectives contre certaines entités de la communauté des Témoins de Jéhovah, notamment par la Cour supérieure du Québec, pour dénoncer les lacunes, selon elle, du groupe religieux à protéger les enfants.

Il y a des procès au Canada et aux États-Unis qui s'attardent à la manipulation effectuée par les Témoins de Jéhovah sur les abus sexuels sur nos enfants, soutient Jan Perrin.

L’activiste estime que cette pression extérieure ne donne d’autres choix au regroupement que de revoir ses politiques internes.

Heureusement, la communauté dit vouloir s’attarder à cet enjeu en raison de la pression extérieure. Elle veut regarder ses politiques sur le traitement des abus sexuels. On a voulu profiter de la fin de semaine pour mettre ça en lumière, dit Mme Perrin.

Les entités visées par l’action collective au Québec sont la Watch Tower Bible and Tract Society of Canada et la Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania.

La Cour d’appel a toutefois accepté d'entendre l'opposition des Témoins de Jéhovah au recours collectif.

Alberta

Croyances et religions