•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le marché comme lieu d’échange avec les réfugiés

Un couple de réfugiés colombiens prépare des mets de leur pays natal.

La cuisine colombienne était à l’honneur d'une activité culinaire interculturelle qui se tenait samedi au Marché public de Rimouski.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des activités culinaires interculturelles ont lieu cet été au marché public de Rimouski. L’objectif du Collectif Trait d’union, qui les organise, est de faire découvrir de nouvelles saveurs aux Rimouskois, tout en sensibilisant la population à la diversité culturelle dans la ville.

On se rend compte qu’il y a beaucoup de Rimouskois qui ne savent pas qu'ils [les réfugiés] sont là. Et la façon de le faire par la cuisine, c’est une façon d’enrichir nos différences culturelles, dit la coordonnatrice du Collectif Trait d’union, Colette Schoonbroodt.

La cuisine colombienne était à l’honneur pour la première activité, qui se tenait samedi au marché public. Un couple de réfugiés colombiens a relevé le défi de faire des plats colombiens avec des produits vendus au marché, incluant des aliments qui ne se trouvent pas en Amérique du Sud.

Ils découvrent ici des produits, comme la camerise, le radis, la fleur d’ail, observe Colette Schoonbroodt.

Les réfugiés colombiens n’étaient toutefois pas les seuls à découvrir de nouvelles saveurs samedi.

Je fais découvrir ça aux enfants, c’est une première expérience, alors c’est super intéressant. On découvre ça tout le monde ensemble, commente un client.

Un lieu d’échange

Ça donne une chance à des gens de s’intégrer et de mettre en valeur leur culture, croit une cliente du marché, Marie-France Henri. L’accueil aux nouveaux arrivants, et le fait que Rimouski est une ville d’accueil pour les réfugiés, je trouve ça extraordinaire.

À un autre kiosque, Danielle Yaboungou, une réfugiée de République centrafricaine, a accepté de travailler le samedi, même si elle travaille également dans une résidence pour personnes âgées et étudie à l’Université du Québec à Rimouski.

J’aime bien ça parce que ça me permet de rencontrer du monde ici et parler avec des gens, échanger avec des gens, dit-elle.

Une deuxième activité culinaire mettant à l’honneur la cuisine africaine sera également organisée le 10 août.

D'après le reportage d'Isabelle Damphousse

Bas-Saint-Laurent

Immigration