•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pancarte de la STTR sème la confusion

Une pancarte d'autobus dans un quartier résidentiel

Des pancartes de l'ancien réseau de la STTR ne sont toujours pas retirées à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Marie-Pier Bouchard

Un homme âgé aurait attendu pendant plus d’une heure vendredi près d’une pancarte de la Société de transport de Trois-Rivières (STTR) où l’autobus ne passe plus depuis le 7 juillet. Alors qu’un citoyen dénonce cette situation, la STTR répond qu’il s’agit d’une exception.

Témoin de la scène, à l’angle des rues Louis-Franquet et Papineau, Marc Laprise raconte qu’il a informé l’homme âgé que l’autobus ne passerait plus à cet endroit parce que ce trajet a été aboli.

L’homme en question, qui se déplace à l’aide d’une canne selon M. Laprise, aurait répondu qu’il n’était pas au courant qu'il y avait de nouveaux trajets.

Ça m’émeut beaucoup parce que c’est quelqu’un qui était démuni, vulnérable. Ces gens-là n’ont pas de ressources et ils subissent les conséquences des communications qui sont mal faites.

Marc Laprise, citoyen de Trois-Rivières
Un homme devant un arbre dans un quartier résidentiel

Marc Laprise, citoyen de Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada

M. Laprise affirme que dès qu’il est revenu chez lui, vers 11h15, il a communiqué avec la STTR pour signaler le fait qu’il y avait encore un arrêt d’autobus à cet endroit. Il s’explique mal que plus de 24 heures plus tard, la pancarte soit encore là.

Le plan de communication n’a pas été suivi tel quel parce que j’attendais un dépliant ou qu’on vienne nous voir pour nous dire d’aller prendre l’autobus à tel endroit, rien de tout ça n’a été fait, dénonce Marc Laprise.

En tant qu’habitué du transport en commun à Trois-Rivières, il a participé aux consultation et estime que la STTR n’a pas tenu compte des besoins des usagers.

Une exception

Joint au téléphone, le président de la STTR, Luc Tremblay, affirme qu’il s’agit d’une exception.

Il explique que des dépliants ont été remis aux résidents des rues où il y a de nouveaux trajets, mais pas à ceux des rues où des trajets ont été supprimés.

L’information a été largement diffusée partout. Ça se peut que quelques personnes ne soient pas au courant, mais on ne peut pas gérer des exceptions. On ne peut pas tout prévoir.

Luc Tremblay, président de la STTR

Par ailleurs, M. Tremblay précise que le retrait de cette pancarte à l’angle de la rue des Papineau et Louis-Franquet ne saurait tarder.

Il mentionne que des centaines de pancartes doivent être retirées avec l’implantation du nouveau réseau et que leur retrait a commencé la semaine dernière en priorisant celles des trajets abolis.

Mauricie et Centre du Québec

Transport en commun