•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’utilisation illégale de drones en hausse dans les parcs nationaux à l’Î.-P.-É.

Pour protéger la faune et le public, il est interdit de faire voler un drone dans un parc national.

Un drone en vol.

Un drone.

Photo : Associated Press / Seth Wenig

Radio-Canada

Alors que la saison touristique bat son plein, Parcs Canada rappelle que faire voler un drone est strictement interdit dans les parcs nationaux à travers le pays.

Lori-Anne Duffy, garde de parc et superviseure au parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, constate que malgré l’interdiction, les infractions sont en hausse.

Les contrevenants risquent des amendes allant de 575 dollars à 25 000 dollars.

L’interdiction vise à protéger la faune, en particulier la population d’oiseaux qui habite le parc. Lori-Anne Duffy explique que les drones peuvent être extrêmement nuisibles aux oiseaux, particulièrement lorsqu’ils volent ou planent au-dessus des zones de nidification. S’ajoute à cela le risque qu’un drone s’écrase.

Un pluvier siffleur qui transporte une brindille.

Un pluvier siffleur.

Photo : Attention FragÎles

Plusieurs espèces menacées d’oiseaux habitent le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, comme le pluvier siffleur et l’hirondelle de rivage, dont la population canadienne a chuté de 98 % dans les 40 dernières années.

Les autorités des parcs nationaux croient aussi que les vols de drone nuisent à l’expérience à laquelle le public est en droit de s’attendre.

Que dit la loi?

Transports Canada considère les drones comme des aéronefs, ce qui fait de leurs utilisateurs des pilotes. Le ministère fédéral oblige donc tout propriétaire de drone de plus de 250 grammes à immatriculer son engin et à obtenir un certificat de pilote de drone (Nouvelle fenêtre).

Lee Dodson, propriétaire de Skygate, une entreprise de Summerside qui fait régulièrement des survols par drone pour des organismes gouvernementaux, indique que cette procédure est sérieuse.

Il ne s’agit pas juste de faire un test en ligne, d’enregistrer son drone et de le faire voler, dit-il. Vous devez comprendre l’espace aérien, savoir ce que votre drone peut faire à l’environnement, et combien dangereux il peut être pour les gens.

M. Dodson assure rencontrer de nombreux utilisateurs hors-la-loi. À son avis, Parcs Canada doit en faire davantage pour éduquer le public, et particulièrement les touristes qui viennent de l’extérieur.

Pour le moment, des brochures sont distribuées à l’entrée des parcs nationaux. Des panneaux d’interdiction de drones seront installés durant l’été.

D’après le reportage de Julien Lecacheur et avec des renseignements de Travis Kingdon, CBC

Île-du-Prince-Édouard

Transports