•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Collecte de fonds sous le soleil au tournoi de volleyball de plage HOPE à Ottawa

Un ballon de volleyball en avant-plan. Derrière, des gens jouent au volleyball de plage.

Les participants se partagent 76 terrains de volleyball de plage.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour la 37e édition du tournoi de volleyball de plage HOPE à Ottawa, 700 bénévoles et 10 000 joueurs se partagent 76 terrains aménagés à Mooney’s Bay. Ils passent la journée au soleil afin de collecter des fonds pour des organismes de charité de la région.

Chaque année depuis plus de 35 ans, bénévoles, spectateurs et amateurs de volleyball de plage prennent Mooney’s Bay d’assaut. Ils jouent pour amasser des fonds pour cinq à sept organismes de charité.

Tous les organismes sélectionnés participent à la journée et reçoivent des fonds pour leurs différents programmes.

On attend près de 20 000 personnes, indique la directrice de l’événement, Holly Tarrison. Selon cette dernière, il s’agit d’une excellente occasion de collecter des fonds tout en s’amusant.

Les gens s’inscrivent pour avoir du plaisir, mais ils supportent également jusqu’à sept œuvres de charité en même temps!

Holly Tarrison, directrice du tournoi de volleyball de plage HOPE

Cette année, les billets en prévente ont fait fureur, explique Mme Harrison. Après avoir calculé les besoins des cinq organismes sélectionnés dont Habitat pour l’humanité, Shelter Movers Ottawa et le Bureau des services à la jeunesse d’Ottawa (BSJ), l’objectif est de récolter 125 000 $.

Holly Tarrison en entrevue sur le site du tournoi

Mme Tarrison souligne que le tournoi ne reçoit aucune subvention de la Ville ou de la province.

Photo : Radio-Canada

Sur le site, il y a de la musique partout et l’ambiance est agréable, indiquent deux participants.

Phil Kiach souligne qu’ils en sont à leur troisième participation. On est pourri au volleyball, on ne gagne pas beaucoup, confie-t-il en riant.

C’est plus pour la charité que pour le jeu, ajoute son ami Marco Sarelli.

Avec les informations de Kim Vallière

Ottawa-Gatineau

Événements caritatifs