•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Purge antihomosexuelle dans la fonction publique : seules 718 victimes seront indemnisées

Le drapeau de la fierté flotte devant le parlement à Ottawa.

Le drapeau de la fierté flotte après une cérémonie sur la colline du Parlement, le 1er juin 2016, à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La Presse canadienne

Certaines victimes de la purge antihomosexuelle dans la fonction publique fédérale ont été si troublées par cette expérience, qu’elles ont toujours besoin de l'aide d’un thérapeute pour remplir les formulaires de demande d'indemnité, et ce, même après plusieurs décennies, soutient l'avocat Doug Elliot.

Selon l'avocat qui a mené à bien un recours collectif, plusieurs demandeurs demeurent tellement méfiants à l'égard du gouvernement fédéral qu’ils craignent que le processus d’indemnisation soit une ruse complexe pour obtenir des renseignements qui seraient utilisés pour les sanctionner de nouveau.

En tout, 718 personnes — un nombre inférieur aux prévisions de Me Elliot — ont déposé les documents nécessaires pour obtenir l’indemnité dans le délai fixé dans un règlement finalisé en 2018.

Ce règlement comprenait une somme globale de 50 à 110 millions de dollars pour les victimes de la purge. Les personnes admissibles pourraient recevoir entre 5000 et 175 000 $, selon la gravité de leur cas. Certaines d’entre elles ont déjà reçu un chèque.

Le règlement constituait la pierre angulaire des excuses fédérales généralisées présentées en novembre 2017 pour des décennies de discrimination à l’encontre des membres de la communauté LGBTQ.

En vertu de politiques qui ont pris racine dans les années 1950 et se sont poursuivies jusqu’au début des années 1990, des organismes fédéraux ont enquêté, sanctionné et parfois licencié des membres gais et lesbiennes des Forces armées canadiennes, de la Gendarmerie royale du Canada et de la fonction publique, parce qu’ils étaient jugés inaptes.

Communauté LGBTQ+

Politique