•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compressions : des centres communautaires d'Ottawa contraints de réduire leur offre

Rosanne Emard, directrice par intérim du Centre de ressources communautaires de la Basse-Ville, à Ottawa, répond aux questions d'un journaliste à l'intérieur du Centre.

Rosanne Emard, directrice par intérim du Centre de ressources communautaires de la Basse-Ville, à Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des organismes communautaires d'Ottawa sont contraints de réduire leur offre de services ou de couper certaines activités en raison du non-renouvellement du Fonds ontarien d’action communautaire pour les sports et les loisirs (FOACSL) imposé par le gouvernement progressiste-conservateur.

C'est le cas notamment du Centre des ressources communautaires de la Basse-Ville, à Ottawa, qui doit se trouver de nouvelles sources de financement, sans quoi son programme de natation ne reviendra pas l'an prochain.

L'entente entre le centre de service et le gouvernement arrivait à échéance le 31 mars. Mme Emard s'attendait à ce qu'un nouvel appel de demandes de subvention soit lancé par le gouvernement, mais celui-ci n'est jamais venu.

Les familles sont déçues et sont inquiètes de voir que, de plus en plus, les services s’amenuisent en raison du manque de financement, particulièrement en raison des coupes du gouvernement provincial, soutient Mme Emard.

Nouveau financement

Son organisme devra donc partir à la recherche d’autres sources de financement pour combler ce manque à gagner, ce qui n’est pas évident, parce que les coupes viennent de partout dans plusieurs programmes.

Le centre avait reçu une aide financière totalisant 100 000 $ du FOACSL pour les deux dernières années pour soutenir des programmes comme la natation. Cela permettait à 75 enfants et 25 adolescents de pratiquer la natation à raison de 5 $ par enfant par semaine entre septembre et juin.

C'est 20 000 $ [pour la natation] qu’on n’a pas ailleurs, on ne peut pas aller le chercher.

Rosanne Emard, directrice par intérim, Centre des ressources communautaires de la Basse-Ville

Besoins des Néo-Canadiens

Des programmes de natation comme celui-ci sont essentiels pour les familles de Néo-Canadiens, selon Aiden Gibson, coordonnateur de programme aquatique à la Ville d’Ottawa et instructeur en chef pour le club Swordfish.

Si la plupart des nouveaux arrivants indiquent qu’ils vont fréquenter des points d’eau pendant l’été, des études de la Société de sauvetage révèlent qu’il est quatre fois plus probable qu’ils ne sachent pas nager, relate M. Gibson.

Aiden Gibson répond aux questions d'un journaliste au Centre de ressources communautaires de la Basse-Ville d'Ottawa.

Aiden Gibson, coordonnateur de programme aquatique à la Ville d’Ottawa et instructeur en chef du club Swordfish.

Photo : Radio-Canada

Il indique que plusieurs parents lui ont fait part de leur déception face au risque que le programme ne revienne pas l’année prochaine. Nous avons appris à un quartier entier comment nager, plaide-t-il.

C'est vraiment important de créer un environnement qui est sécuritaire et amusant pour les nouveaux Canadiens.

Aiden Gibson, coordonnateur de programme aquatique à la Ville d’Ottawa

Du côté de Vanier, le FOACSL permettait de financer le programme « Bougez plus », programme après-école qui présentait des sports qui pourraient être moins accessibles à la population du quartier desservi, souligne pour sa part Camille Marcil, gestionnaire des programmes jeunesse et du carrefour de pédiatrie sociale au Centre des services communautaires de Vanier.

Elle constate une certaine déception tant pour les familles que pour le personnel face à ce rebondissement. On est à la recherche de fonds pour faire revenir le programme, précise-t-elle.

Des résultats « tangibles et durables »

De son côté, le gouvernement ontarien indique que le FOACSL est à sa dernière année et que le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport évalue comment il peut aligner les programmes pour qu'ils aient des résultats tangibles et durables, explique Denelle Balfour, responsable des relations avec les médias du ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport de l'Ontario, dans un courriel.

Bien qu'il offrait des opportunités pour participer à des activités physiques, les projets du FOACSL étaient focalisés sur des objectifs à court terme, précise-t-elle.

Avec les informations de Maxime Huard et Mama Afou

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale