•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les heures supplémentaires à OC Transpo posent des risques, selon une experte

Un autobus d'OC Transpo accueille des passagers au centre-ville d'Ottawa.

Les chauffeurs d'OC Transpo peuvent travailler jusqu'à 130 heures aux deux semaines sans violer les règles.

Photo : Radio-Canada / Danny Globerman

Radio-Canada

Les chauffeurs d’OC Transpo pourront désormais être au volant pendant jusqu’à 130 heures sur une période de deux semaines, ce qui pousse les limites de la législation fédérale. Cette mesure soulève toutefois des inquiétudes face à la sécurité des chauffeurs et des passagers.

L’explosion des heures supplémentaires est causée par les délais de la construction de la ligne de la Confédération de l’O-Train qui entraîne une pénurie de chauffeurs pour le transporteur.

L’été dernier, la Ville d’Ottawa avait transmis 345 lettres de licenciement à des chauffeurs et annulé certains trajets alors que tous croyaient que le train léger allait être en fonction en novembre 2018.

Ces avis ont par la suite été retirés, mais nombre de chauffeurs s’étaient depuis trouvé un nouvel emploi. Cela fait en sorte que le transporteur se retrouve avec 140 postes vacants. Ainsi, OC Transpo demande à ses chauffeurs de se rendre disponibles pour des heures supplémentaires dans le but de réduire les retards.

Toutefois, il ne s’agit pas de temps supplémentaire obligatoire, précise le directeur des opérations du transport collectif d’Ottawa, Troy Charter.

Collectivement, les chauffeurs ont travaillé plus de 37 000 heures supplémentaires en avril 2019, soit 15 000 heures supplémentaires de plus qu’en avril 2018. Ces heures supplémentaires ont coûté 4,2 millions de dollars entre mai 2018 et avril 2019.

Troy Charter pose pour la caméra.

Le directeur des opérations du transport collectif d’Ottawa, Troy Charter.

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer

M. Charter ne s’attend pas à voir une réduction du nombre d’heures supplémentaires d’ici à la mise en service du train léger, prévue maintenant pour septembre.

Jouer avec les règles

Puisque certains trajets d’OC Transpo traversent du côté du Québec, l’agence est réglementée par le gouvernement fédéral.

Ces règles prescrivent aux chauffeurs de travailler en cycles de 7 ou 14 jours, ceux travaillant sur le cycle de 14 jours ne pouvant travailler plus de 120 heures.

Or, la Ville inscrit en premier lieu ses chauffeurs à un cycle de sept jours, ce qui leur permet de travailler 70 heures dans cette période. Le cycle est réinitialisé après que le chauffeur eut droit à une pause de 36 heures. Ensuite commence un nouveau cycle de 70 heures.

Cela veut dire que les chauffeurs pourraient travailler jusqu’à 130 heures toutes les deux semaines sans violer la réglementation fédérale.

Horaire chargé

C’est un horaire très chargé, a affirmé la professeure adjointe de l’Université de Toronto, Alison Smiley, qui a témoigné à des centaines de reprises à titre de témoin expert lors d’accidents liés aux transports.

Quand vous y pensez, c’est cinq journées de 12 heures avec cinq autres heures, ou six journées de 11 heures, a-t-elle illustré.

Selon elle, des recherches démontrent que les gens performent de moins en moins bien le plus longtemps ils travaillent et le fait que les chauffeurs d’Ottawa doivent reproduire cette performance pendant plusieurs mois ne fait qu’exacerber les risques.

Surveiller les chiffres

Troy Charter affirme que la Ville surveille le nombre d’heures supplémentaires de près et que les chauffeurs peuvent demander un changement d’horaire s’ils se sentent épuisés.

Si à un moment donné un chauffeur ne se sent pas à l’aise, il n’a qu’à nous contacter et nous allons trouver une solution pour compenser cette absence, a-t-il dit.

Par ailleurs, un système de vérification interne et d’autres outils sont en place afin de s’assurer que les chauffeurs ne travaillent pas trop.

Nous avons une équipe de superviseurs qui surveillent le service, des agents spéciaux et nous avons même des répartiteurs dans nos aires d’opération, a-t-il précisé.

Avec les informations de Ryan Tumilty de CBC

Ottawa-Gatineau

Transport en commun