•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La tempête Barry menace la Louisiane d'importantes inondations

La tempête Barry a provoqué des inondations dans les rues de Mandeville.

Photo : Reuters / Jonathan Bachman

Radio-Canada

Rétrogradé d'ouragan à tempête tropicale, Barry a poursuivi samedi soir sa lente progression en Louisiane, dont la principale ville, La Nouvelle-Orléans, craint d'importantes inondations. Le système doit continuer de s'affaiblir à mesure qu'il se déplace vers le nord, mais il aura des répercussions sur la région au moins jusqu'à dimanche.

À 21 h, la tempête se situait à proximité de la ville de Lafayette, au sud de la Louisiane, avançant à 11 km/h en direction nord-ouest, avec des vents soufflant à 100 km/h, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Samedi matin, Barry avait été classé pendant quelques heures comme un ouragan de catégorie 1, tandis que ses vents soufflaient à 120 km/h. Il avait ensuite été rétrogradé en tempête tropicale en raison d'un affaiblissement à 115 km/h.

Barry est tout de même le premier ouragan de la saison – qui s'étend de juin à novembre – à toucher terre aux États-Unis.

Les vents devraient continuer de s'affaiblir, selon le NHC. Mais Barry charrie « une extraordinaire quantité d'humidité » qui présente « un potentiel de fortes pluies » jusque dans le nord des États-Unis, a prévenu Ken Graham, directeur du Centre.

L'essentiel des pluies de la tempête tropicale Barry touchant ce week-end la Louisiane et le Mississippi arrivera après le passage du centre de la tempête.

Le Centre national des ouragans sur Twitter

« Les habitants et les touristes sont encouragés à rester vigilants », a exhorté samedi LaToya Cantrell, mairesse de La Nouvelle-Orléans, en conférence de presse.

Les services météo, a-t-elle relevé, prévoient de 25 à 50 centimètres de pluie dans sa ville, « voire davantage » dans certains quartiers.

Le niveau de la mer et du lac Pontchartrain, sur les berges duquel est nichée La Nouvelle-Orléans, subissait samedi une hausse pouvant aller jusqu'à 1,8 mètre.

À St. John's Parish, à côté de La Nouvelle-Orléans, la montée des eaux atteignait 60 cm dans certaines zones, selon la télévision locale.

Aux côtés de la mairesse Cantrell, un lieutenant-colonel du Corps du génie de l'armée de terre a précisé qu'il n'y avait « à ce stade, aucun problème sur le dispositif de digues » qui protège La Nouvelle-Orléans, située en dessous du niveau de la mer.

Une unité de la garde nationale américaine stationnée sur une côte de La Nouvelle-Orléans.

Les autorités craignent les inondations qu'entraînerait la tempête Barry, qui peut se transformer en ouragan.

Photo : Reuters / Jonathan Bachman

La Garde nationale de l'État est « en place et prête à agir » le cas échéant, a assuré le responsable, précisant que 3800 membres étaient mobilisés, soit le tiers de la formation.

Le dispositif anti-inondation est composé notamment d'un réseau de digues de 6,10 mètres de hauteur, de vannes et de 118 pompes.

Braver la tempête

Des milliers de résidents avaient déjà évacué les zones côtières vendredi, mais d'autres ont choisi de braver la tempête.

C'est le cas de Dung Nguyen, un pêcheur de crevettes de Boothville, petite municipalité située à une centaine de kilomètres de La Nouvelles-Orléans. Je n'ai pas peur, a-t-il indiqué plus tôt à l'AFP. Au grand dam de son fils Nam, qui confie lui avoir dit que c'était le calme avant la tempête.

Même résistance à quelques kilomètres de là. On est déjà restés pendant de gros ouragans alors qu'on aurait dû partir, a expliqué Keith Delahoussaye, devant sa maison mobile à Port Sulphur.

Mais on partira si on voit que l'eau monte jusqu'ici, confiait plus tôt ce mécanicien de 60 ans en surveillant le niveau du Mississippi tout proche. Je pense que ça fait partie de la culture.

Trump déclare l'état d'urgence

Le président des États-Unis, Donald Trump, a déclaré l'état d'urgence en Louisiane jeudi, une mesure qui permet aux agences fédérales de participer aux secours.

Le gouverneur de la Louisiane, John Bel Edwards, qui avait décrété l'état d'urgence mercredi, a ordonné un couvre-feu à partir de 20 h, vendredi soir.

Le gouverneur a exhorté les habitants à respecter les avertissements, soulignant que des accidents mortels surviennent souvent lorsque les automobilistes tentent de traverser les eaux de crue.

Samedi, en début d'après-midi, l'aéroport de La Nouvelle-Orléans a indiqué que tous les vols y étaient annulés jusqu'à nouvel ordre, en raison de la détérioration des conditions météorologiques.

Pour l'instant, la plupart des transporteurs aériens prévoient toujours reprendre leurs activités [dimanche], si la météo le permet, peut-on lire sur le compte Twitter de l'aéroport.

Le traumatisme de Katrina

Le souvenir de l’ouragan Katrina de 2005 est toujours présent en Louisiane. À l’époque, les digues protégeant La Nouvelle-Orléans avaient cédé sous le poids de l'eau, inondant 80 % de la ville et causant un millier de morts, sur un total de plus de 1800 durant la catastrophe.

Mais selon le gouverneur Edwards, les digues devraient résister à la tempête Barry.

Certaines routes de La Nouvelle-Orléans se trouvent déjà sous les eaux depuis mercredi à la suite de forts orages. Les activités du port ont été perturbées, et le concert des Rolling Stones prévu dimanche au Superdome a été annulé.

Avec les informations de Agence France-Presse, et CNN

Amériques

International