•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les tablettes des épiceries de la C.-B. verront plus de vin, mais pas de bières

Un politicien avec un regard sérieux fait une annonce devant des drapeaux de la Colombie-Britannique.

Le procureur général David Eby ne veut pas rendre l'alcool plus accessible aux Britanno-Colombiens.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Radio-Canada

Le procureur général de la Colombie-Britannique dit que les Britanno-Colombiens luttent déjà contre des problèmes liés à la dépendance à l’alcool et qu’il ne faut pas le rendre plus accessible en offrant de la bière dans les supermarchés.

Plus tôt cette semaine, une nouvelle réglementation permettant la vente de vins internationaux dans les supermarchés a été approuvée. Depuis 2015, les épiceries de la Colombie-Britannique ne pouvaient vendre que du vin local.

Cependant, les bières locales ne profitent pas de cette ouverture d'un nouveau marché.

Les brasseurs de la province remarquent que les vins importés ont droit à un traitement de faveur au détriment de leurs produits locaux et demandent au gouvernement d’inclure les bières de la Colombie-Britannique dans l'offre proposée aux clients des épiceries.

« Ce n’est pas une priorité pour notre gouvernement d’augmenter ni le nombre de magasins d’alcool dans notre province ni l’accessibilité à l’alcool », a expliqué M. Eby sur les ondes de l’émission de CBC The Early Edition vendredi matin.

Il dit que l’ajout de vins importés n’était pas souhaité par la province, mais que son gouvernement n’a pas eu le choix.

Le Canada et les États-Unis ont conclu que les ventes de vins en Colombie-Britannique doivent inclure les produits internationaux lors des négociations de l’entente ACEUM entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.

« La Colombie-Britannique est devenue la pire province au Canada pour les visites à l’hôpital causé par l’abus d’alcool au cours des dernières années, dit M. Eby. Nous avons un problème sérieux qui nous coûte beaucoup d’argent. »

Selon lui, rendre l’alcool plus accessible augmentera le taux d’hospitalisations et les coûts associés à l’abus d’alcool.

En juin, l’Institut canadien d’information sur la santé a publié des statistiques révélant qu’en Colombie-Britannique, 361 personnes ont été hospitalisées à cause de l’alcool en 2017 et 2018, le taux le plus élevé parmi toutes les provinces canadiennes.

Colombie-Britannique et Yukon

Bière et vin