•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cause de Chantale Cyr : l’heure de la délibération a sonné

Chantale Cyr se trouve dans un couloir du palais de justice de Chicoutimi.

Chantale Cyr aimerait pouvoir occuper de nouveau son ancien poste.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le juge Guy Roy du Tribunal administratif du Travail doit maintenant déterminer si l’ancienne directrice générale de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay a fait l’objet d’un congédiement abusif.

Le magistrat dispose de 90 jours pour trancher.

Or, il a déjà laissé entendre qu’il pourrait réclamer un délai supplémentaire pour en arriver à une décision dans ce dossier complexe en raison de l’impressionnante quantité de preuves ayant été portées à son attention.

L’audition de la cause s’est étirée sur une période de plus de 30 jours.

Des visions des choses diamétralement opposées

Au terme de cette affaire, les avocats de Chantale Cyr et de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Éric Le Bel et Jean-Claude Girard, ont présenté leurs plaidoiries vendredi.

Me Le Bel est alors revenu sur les propos des différents témoins liés à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay.

Ce juriste a soutenu que ces divers acteurs n’ont pas été en mesure de prouver que les raisons invoquées pour justifier le renvoi de Mme Cyr avaient un fondement quelconque.

À son avis, rien ne prouve que sa cliente était une mauvaise gestionnaire ayant entretenu des relations abusives avec ses collègues et n’ayant pas su gérer adéquatement les fonds de l’organisation pour laquelle elle travaillait.

Sans surprise, Me Girard a indiqué qu’il avait une lecture bien différente de la situation.

L’avocat de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay a dépeint Chantale Cyr comme une bien piètre dirigeante qui avait une forte propension à rejeter le blâme sur les autres lorsqu’elle avait commis une erreur.

Un beau casse-tête potentiel

Mme Cyr souhaiterait voir le juge Guy Roy révoquer son congédiement.

Dans une pareille éventualité, la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay se retrouverait dans une position délicate puisque l’ancien poste de Chantale Cyr est désormais occupé par Johanne Allard.

Avec les informations de Denis Lapierre

Saguenay–Lac-St-Jean

Relations de travail