•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès du chanteur lyrique Joseph Rouleau

Joseph Rouleau en 1982.

Photo : Radio-Canada/André Le Coz

Radio-Canada

Le chanteur lyrique québécois Joseph Rouleau s’est éteint entouré de sa famille, vendredi, à l’âge de 90 ans.

Originaire de Matane, Joseph Rouleau découvre le chant à l'âge de 17 ans. À la fin des années 1940, il remporte le prix Archambault, même s'il ne connaît pas le solfège.

C'est là qu'il rencontre le pianiste et chef d'orchestre Wilfrid Pelletier qui lui ouvre les portes du Conservatoire de musique et d'art dramatique du Québec. Je ne savais pas où se trouvait le Conservatoire, par contre je savais très bien où était le Forum, s'amusait à dire le chanteur lyrique plus tôt cette année, lors d'une entrevue à ICI Musique qui soulignait ses 90 ans (Nouvelle fenêtre).

En 1956, il réussit à décrocher un contrat à l’illustre maison d’opéra Covent Garden, à Londres. Par la suite, il reste dans la capitale britannique pendant près de 30 ans et y joue dans une quarantaine de productions totalisant plus de 1000 représentations.

Les premières années, je chantais dans environ 120 à 125 représentations, précisait Joseph Rouleau à Marc Hervieux lors de son entrevue hommage.

Deux hommes assis côte à côte.

Joseph Rouleau et Marc Hervieux

Photo : Radio-Canada / Mathieu Lavoie

Avec sa riche voix de basse, Joseph Rouleau est très en demande partout dans le monde et côtoie, entre autres, Luciano Pavarotti, Placido Domingo et Maria Callas, en plus de travailler avec des metteurs en scène aussi prestigieux que Luchino Visconti, Franco Zeffirelli, John Gielgud et Patrice Chéreau.

Après une longue carrière internationale, le chanteur a le mal du pays. Il revient au Canada en 1980 et devient professeur à l’Université du Québec à Montréal, tout en continuant à chanter en Amérique du Nord.

J’ai chanté son dernier Faust, lui jouait Mephisto. Il avait, je crois, 75 ans et il sautait partout.

Le ténor Marc Hervieux

Joseph Rouleau a contribué à la naissance de l'Opéra de Montréal et à la renaissance des Jeunesses musicales Canada (JM Canada).

Il était habité par un amour absolu de la musique. D'une générosité immense, il a dévoué des masses impressionnantes d’énergie à faire avancer la cause des JM Canada. Jusqu'au moment de son décès, il siégeait aux comités de nos événements-bénéfice et participait activement à la collecte de fonds. Il aimait dire, à la blague, qu’il était un "quêteux professionnel". C’était un homme d’une grande prestance, à qui nous devons énormément, a commenté Danièle LeBlanc, directrice générale et artistique de l'organisme.

Le chanteur lyrique Marc-Antoine D'Aragon, qui avait travaillé à ses côtés au sein de l'Orchestre de chambre McGill – récemment rebaptisé l'Orchestre classique de Montréal –, a souligné le départ d'une rare voix.

Même quand il nous parlait, c'était extraordinaire juste de l'écouter parler. Peu importe le sujet qu'il abordait, on avait envie de l'entendre, a-t-il observé en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

Grand officier de l'Ordre national du Québec, compagnon de l'Ordre du Canada, commandeur de l'Ordre de Montréal et membre du Panthéon canadien de l'art lyrique, Joseph Rouleau s'était vu décerner de nombreuses autres distinctions, dont le titre d'officier de l'Ordre des Arts et des Lettres de France (2017), le prestigieux prix Denise-Pelletier, l'un des Prix du Québec (1990) , la médaille du 100e anniversaire du Metropolitan Opera de New York (1986) , la médaille d'argent du Royal Opera House du Covent Garden de Londres (1982)  et le Félix de l'artiste classique de l'année au Gala de l'ADISQ en 1989.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts