•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux artistes de l’île de Vancouver enregistrent un clip musical près d'une coupe à blanc

L'artiste se tient debout sur un coffre en bois muni d'un cornet en métal et qui est posé sur un tronc d'arbre coupé. Il actionne un levier pour jouer de l'instrument.

David Gifford joue d'un instrument qu'il a fabriqué et qui produit un bruit de scie.

Photo : Puppets Forsaken

Adrien Blanc

Natali Leduc et David Gifford se sont rendus au parc provincial Carmanah Walbran, le 8 juillet, pour donner un concert destiné aux arbres disparus à l’aide d’instruments de musique en bois qu’ils ont fabriqués.

Natali Leduc et David Gifford ont installé leurs instruments en forme de coffres de bois et de meubles parmi les restes d’une coupe à blanc, en bordure du parc situé à 200 km de Victoria, où poussent des arbres qui figurent parmi les plus grands et les plus anciens au monde.

Pendant trois heures, les deux artistes ont joué de leurs instruments avec des archets, des baguettes en métal et des ressorts, pour reproduire des sons de machines.

Au milieu du paysage dévasté, fruit d’une industrie forestière en crise, on croit alors entendre le bruit d’une scie, d’une hache et d’un treuil.

On peut y voir quelque chose d’ironique, d’absurde. C’est un peu comme de l’humour noir.

Natali Leduc, artiste

Par cette performance, Natali Leduc et David Gifford, qui se sont baptisés les Marionnettes abandonnées (Puppets Forsaken), rendent hommage aux arbres qu’ils considèrent comme meilleurs que les humains.

Les arbres ne bougent pas et, pourtant, ils nous aident beaucoup. Ils apportent la vie et l’oxygène, rappelle Natali Leduc. Ce sont des créatures fantastiques.

Pour autant, l’artiste ne cherche pas à faire passer un message, mais plutôt à interpeller le spectateur. Notre rapport aux arbres est assez ambigu, dit-elle, parce que d'un côté, on les admire, mais de l’autre, on les coupe pour créer du papier, des meubles et même du papier toilette.

Les deux artistes jouent d'instruments en bois constitués de vieux meubles, d'archets et d'un vieil appareil photo en bois.

Natali Leduc et David Gifford ont récupéré de vieux objets pour fabriquer leurs instruments.

Photo : Puppets Forsaken

Avant ce concert en plein air, Natali Leduc et David Gifford ont donné plusieurs représentations à Victoria dans la tradition du futurisme, un mouvement artistique né au début du XXe siècle et qui célèbre le progrès technologique.

C’est une sorte de nostalgie pour un optimisme.

Natali Leduc, artiste

Le duo d'artistes s'est inspiré des intonarumori, des instruments à bruits inventés par Luigi Russolo, l'un des fondateurs du futurisme.

À l’époque, on pensait que l’industrie allait tout arranger, explique-t-elle. Aujourd’hui, on voit beaucoup de pessimisme en lien avec l’industrie et la modernité. On voulait donc rétablir un équilibre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Musique