•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Exposition inédite cet été à la galerie d’art Léonard-Parent

Affiche à l'entrée d'une exposition sur laquelle on peut lire « Quand Léonard Parent rencontre Basque : un talent inné et vivant ».

Des œuvres inédites de l'artiste Léonard Parent sont présentées cet été à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Maya Arseneau

Dans le cadre du 5e anniversaire de la galerie d’art Léonard-Parent, la Ville de Rimouski présente des œuvres d’art de l'artiste jamais exposées auparavant. L’exposition transporte les visiteurs à travers la vie d’adolescent et de jeune adulte de Léonard Parent.

C’est à la Bibliothèque et archives nationale du Québec à Rimouski qu’on a trouvé six dessins réalisés par Léonard Parent alors qu’il était étudiant au Séminaire de Rimouski.

Le commissaire de l’exposition, Alain Ross a été stupéfait de la trouvaille.

J’étais époustouflé par le talent que ce jeune homme-là avait à l’époque. On parle des années 1900-1948, et puis [ce sont] des dessins qu’il a réalisés au moment où il avait 16 ans, raconte-t-il.

Un dessin du Séminaire de Rimouski dans un cadre.

L'un des six dessins du Séminaire de Rimouski réalisé par Léonard Parent

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

C'est ainsi qu'est née l'exposition « Quand Léonard-Parent rencontre Basque, un talent inné et vivant ».

Léonard Parent, devenu Basque, est probablement un des peintres les plus célèbres originaire du Bas-Saint-Laurent.

Alain Ross, commissaire à l'exposition

Compte tenu du talent que, déjà à l’âge de 16 ans, il avait, je crois que le public de la région doit absolument venir voir cette exposition-là. Ils vont découvrir le personnage en plus, souligne-t-il.

Des gravures encadrées et posées sur un mur.

Des gravures faites par Léonard Parent, présentées à l'exposition

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Alain Ross explique aussi que le souci du détail que présentent les six dessins est plutôt impressionnant. Quand on a 16 ans, souvent, on va faire des dessins qui vont être intéressants mais qui vont être un peu maladroits, alors que les siens étaient exceptionnels, dignes d’un grand dessinateur.

Des dessins inattendus

Ces dessins ont surpris sa fille unique, Mélody Roussy-Parent, qui ignorait que le peintre s’adonnait autrefois au dessin.

C’est pour moi quelque chose de nouveau, d'inattendu.

Mélody Roussy-Parent, fille de Léonard Parent

Bien sûr, l’année dernière quand on m’a dit qu’on avait découvert des dessins que mon père avait faits au petit séminaire, j’ai pensé que c’était des dessins de personnes, des croquis ou [des dessins] très abstraits peut-être… mais non! C’est des bâtisses! s’exclame-t-elle.

D'anciens cahiers de dessins de Léonard Parent sont aussi exposés.

D'anciens cahiers de dessins de Léonard Parent sont aussi exposés.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Elle estime d’ailleurs que ces dessins représentent en quelque sorte les débuts de sa carrière, tout en démontrant ses grandes qualités d’artiste.

L’esprit du détail, la persévérance, la patience, la passion. On retrouve tout ça maintenant dans ses dessins, et plus tard dans ses peintures, explique-t-elle.

Des dessins, des caricatures, des gravures et des extraits de textes font partie de l’exposition présentée jusqu'au 6 septembre.

Bas-Saint-Laurent

Culture