•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une semaine sans technologie

Des jeunes marchent en maillot de bain devant le camp.

Un groupe de 6-11 ans se dirige vers la baignade.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Jimmy Chabot

Dans le Nord de l'Ontario, le camp Ongrandi souffle cette année ses 40 bougies. Après quatre décennies, la philosophie de la direction demeure la même : laisser les jeunes s'amuser en français, en plein air et sans téléphone cellulaire ou tablette.

Retiré en nature, le camp Ongrandi est situé en bordure du lac Rémi à Moonbeam. Les jeunes viennent d’un peu partout de la région, de Timmins, Cochrane, Kapuskasing, Hearst, Longlac et Geraldton. Certains viennent même de l’Abitibi-Témiscamingue, au Québec.

Ici, on ne leur offre pas la chance de jouer avec les technologies, alors ils n’ont pas le choix de jouer dans la nature.

Ghislain Plourde, gérant du camp Ongrandi

Les dates importantes du camp Ongrandi

  • 1972 : Construction du domaine par le comité des scouts du district de Hearst;
  • 1979 : Fondation du camp Ongrandi par la famille Murray;
  • 1980 : Arrivée de Ghislain Plourde comme directeur du camp;
  • 1985-2015 : Une quarantaine de jeunes fréquentent le camp Ongrandi par semaine;
  • 2015 : Recrutement dans les écoles;
  • 2018 : Fusion avec le camp Cadanac;
  • 2015-2019 : Une soixantaine de jeunes fréquentent le camp Ongrandi par semaine.

Tout au cours de la semaine, les jeunes font des feux de camp, s’amusent dans l’immense trou de boue et font une excursion de camping sur l’île.

Un caméraman filme un jeune sur une corde sous un énorme trou de boue.

Notre fureteur Jimmy Chabot filme un jeune dans le trou de bouette.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Depuis l’an dernier, le camp reçoit aussi une dizaine d’enfants atteints d'autisme d’un peu partout en Ontario pendant une semaine.

Nord de l'Ontario

Sports et loisirs