•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Programme de remboursement des billets d'avion : 42 % du budget utilisés

Un appareil d'Air Creebec est posé sur la piste de l'aéroport de Rouyn-Noranda.

Les voyageurs de l'Abitibi-Témiscamingue ont droit à 30 % de remboursement de leurs billets d'avion, jusqu'à concurrence de 500 $. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Piel Côté

En Abitibi-Témiscamingue, près de 1000 demandes de remboursement ont été formulées dans le cadre du programme de réduction des tarifs aériens depuis que Québec l'a bonifié en 2018. La mesure permet aux résidents des régions de demander un remboursement de 30 % du prix de leur billet d'avion quand ils se déplacent à l'intérieur de la province. Sur l'ensemble de la province, c'est toutefois moins de la moitié de l'enveloppe totale de 9,2 millions de dollars qui a été utilisée.

À l'origine, le programme n'incluait pas l'Abitibi-Témiscamingue et les autres régions éloignées connectées au réseau routier.

Le programme de réduction des billets d'avion existe depuis une vingtaine d'années. Ce n'est que l'année dernière que les régions-ressources ayant accès au réseau routier y ont été ajoutées.

L'objectif était de permettre aux citoyens de se déplacer à moindres coûts et de stimuler la demande en transport aérien. Si on a plus de gens qui voyagent, on a plus de chances de réduire les prix, signale le relationniste du ministère des Transports (MTQ), Gilles Payer.

Le budget, avant la bonification de 2018, était de 1,2 million de dollars. Aujourd'hui il est plutôt de 9,2 millions de dollars.

Cela dit, 46 % de l'enveloppe totale, soit 4,2 millions de dollars, ont été utilisés.

Forcément, tout le monde n'est peut-être pas au courant des modalités du programme, de son existence ou de ses critères, alors le 4,2 millions de dollars, il faut le prendre avec cette vision-là d'une part, explique Gilles Payer.

C'était la première année du programme, et le bilan 2018-2019 est le bilan d'une première année d'un programme bonifié, résume-t-il.

Gilles Payer précise que les clients ont cependant jusqu'à un an pour faire leur demande de remboursement. Pour une première année, il se dit satisfait du résultat.

De toute évidence, le gouvernement a investi suffisamment d'argent, puisqu'il n'a pas tout été dépensé. Nous sommes contents aussi de mettre en place un programme pertinent et utile aux citoyens. Il faut aussi comprendre qu'une projection du bilan pour l'année 2019-2020 va en augmentant, donc les gens l'utilisent davantage, s'est-il réjoui.

125 000 $ pour les Témiscabitibiens

En Abitibi-Témiscamingue, 914 demandes ont été faites, dont 836 ont été acceptées, pour un total de 124 226 $. Il s'agissait de la première année d'admissibilité pour les voyageurs de la région.

Pour les voyageurs de l'Abitibi-Témiscamingue, 30 % du billet sont remboursables jusqu'à concurrence d'un montant maximal de 500 $. Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda, Jean-Claude Loranger, estime que ce montant devrait être augmenté.

Le 30 %, c'est correct, mais c'est le plafond qu'il faudrait augmenter. Si le plafond augmentait, je crois qu'il y aurait plus de demandes, croit-il.

Pas de publicité pour le programme

Pour l'année fiscale 2018-2019, qui s'étire du 1er avril 2018 au 31 mars 2019, moins de la moitié du budget alloué a donc été utilisé, mais le MTQ ne prévoit tout de même pas de campagne marketing ni de campagne de publicité pour le faire connaître davantage au grand public.

À notre avis, nous n'avons pas de publicité, puisque le programme fonctionne déjà bien, fait valoir Gilles Payer.

Avant la bonification, le budget était de 1,2 million de dollars, et nous redonnions plus de 1 million de dollars. Après la bonification, il a été propulsé vers 4,2 millions de dollars. À ce moment-ci, je crois que c'est hâtif de vouloir promouvoir un programme qui montre des signes d'enthousiasme, ajoute-t-il.

Questionnée sur le programme, la porte-parole d'Air Canada Isabelle Arthur a fait savoir par courriel qu'elle refusait notre demande d'entrevue, mais qu'elle appuie toute initiative du gouvernement qui encourage l'utilisation du transport aérien.

Abitibi–Témiscamingue

Transports