•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Médias sociaux et télévision associés à la dépression chez les adolescents

La dépression frappe davantage les jeunes de 15 à 24 ans que tous les autres Canadiens.

Photo : iStock

Alain Labelle

Consacrer beaucoup de temps aux médias sociaux ou à regarder la télévision est lié à l’apparition et à l’intensification des symptômes de dépression chez les adolescents, affirment des psychiatres québécois.

Les chercheurs Patricia Conrod et Elroy Boers, de l’Université de Montréal et du CHU Sainte-Justine, ont aussi étudié d’autres activités, telles que les jeux vidéo et la navigation sur Internet avec un ordinateur, mais aucun lien avec la dépression n’a été établi.

Ils ont analysé les données recueillies auprès de 4000 adolescents canadiens âgés de 12 à 16 ans. Des jeunes de chaque niveau du secondaire devaient évaluer eux-mêmes le temps qu’ils passaient devant les écrans et déclarer le temps qu’ils consacraient à quatre différents types d’activités (médias sociaux, télévision, jeux vidéo et ordinateur).

Les adolescents ont aussi rempli des questionnaires concernant divers symptômes dépressifs. Des analyses statistiques très poussées ont ensuite été effectuées afin d’estimer les associations entre le temps passé devant les écrans et la dépression à l’adolescence.

Un jeune adolescent joue à un jeu vidéo.

Les chercheurs n'ont pas trouvé de lien entre la dépression et les jeux vidéo et la navigation sur Internet avec un ordinateur.

Photo : iStock

Les principaux résultats montrent donc que ceux qui passent plus que temps que la moyenne sur les médias sociaux et devant la télévision risquent d’avoir des symptômes plus graves de dépression.

D’autres études ont estimé qu’un jeune passe en moyenne six heures par jour devant un écran. Si vous prenez la combinaison de la télévision, des téléphones cellulaires, de l’ordinateur à l’école et à la maison, ça représente beaucoup de temps.

Patricia Conrod, chercheuse

Également, les chercheurs ont montré que les ados qui passent plus de temps que leur propre moyenne annuelle sur les médias sociaux et devant la télévision voient leurs symptômes de dépression s’aggraver.

Repères

  • La dépression frappe davantage les jeunes de 15 à 24 ans que tous les autres Canadiens.
  • Environ 11 % d’entre eux ont souffert de dépression au cours de leur vie, et 7 % au cours des 12 mois précédant l’Enquête sur la santé mentale menée dans les collectivités canadiennes en 2012 par Statistique Canada.
  • Les filles sont plus nombreuses à souffrir de dépression que les garçons.
  • La dépression constitue maintenant la deuxième cause de mortalité chez les jeunes de cette tranche d’âge.
Une adolescente dans son lit.

Environ 11 % des adolescents ont souffert de dépression au cours de leur vie, et 7 % au cours des 12 mois précédant l'Enquête sur la santé mentale.

Photo : iStock

Des hypothèses et des surprises

Curieusement, les chercheurs n’ont pas constaté que le temps passé devant l’écran a une incidence sur la dépression chez les adolescents en raison de la réduction de leurs activités physiques.

C’était pourtant l’une de nos trois hypothèses au départ. Que [le temps passé devant les écrans] causait un vide sédentaire qui limitait le nombre d’heures pendant lesquelles ils sont actifs. Mais nous n’avons vraiment pas trouvé d’impact.

Patricia Conrod, chercheuse

Les chercheurs pensent que c’est plutôt l’univers des médias sociaux et de la télévision qui encourage des comparaisons sociales associées à une diminution de l’estime de soi, et donc à l’augmentation des symptômes de dépression.

Le contenu vraiment problématique pour la dépression chez les jeunes, c’est celui qui va forcer la comparaison sociale entre l’adolescent et une personne de son âge, de son groupe social et culturel, représentée de façon idéalisée, plus positive que la normale. C’est ce qui affecte l’estime de soi.

Patricia Conrod, chercheuse

« Ce que nous avons montré, c’est que la télévision et surtout les médias sociaux font la promotion de ce type d’image », ajoute la psychiatre.

Les adolescents se trouvent ainsi en contact intense avec l’image d’autres jeunes qui vivent des situations plus positives que les leurs, par exemple des adolescents au corps parfait et dont le style de vie est plus palpitant.

Un groupe d'adolescents regardent individuellement leurs tablettes électroniques.

Les réseaux sociaux et la télévision encouragent les comparaisons sociales associées à une diminution de l’estime de soi.

Photo : iStock / bymuratdeniz

Une spirale sans fin

L’équipe a aussi montré que « si vous avez déjà des symptômes de dépression, et que vous avez une interaction directe avec les médias sociaux, vous êtes encore plus à risque de les voir se détériorer. Il y a donc un processus de spirale entre la dépression et les médias sociaux.

Les chercheurs affirment que leurs résultats concordent avec ceux d’autres travaux consacrés à l’évolution de la dépression.

Le chercheur Elroy Boers explique que, selon la théorie des spirales qui se renforcent, les gens recherchent et sélectionnent des informations qui confortent leur état d’esprit actuel.

Les caractéristiques algorithmiques de la consommation télévisuelle et, en particulier, de la présence sur les médias sociaux créent et entretiennent une sorte de cercle vicieux en suggérant un contenu similaire aux utilisateurs en fonction de leur comportement de recherche et de sélection antérieur.

Elroy Boers, chercheur

Ainsi, plus l’état dépressif d’une personne influence ses choix de visionnement, plus le contenu proposé et fourni est similaire, et plus il est probable qu’elle sera continuellement exposée à un tel contenu, ce qui maintiendra et renforcera la dépression.

Les résultats de ces travaux sont « intéressants dans une optique de prévention », juge la Dre Conrod.

La détection précoce de la vulnérabilité à la dépression donne aux médecins et aux parents un grand laps de temps pour intervenir, par exemple, en ajustant le temps d’utilisation des médias sociaux et de la télévision par les adolescents.

Patricia Conrod, chercheuse

« Je dirais aux jeunes et à leurs parents et aux cliniciens que la relation est robuste, particulièrement entre les médias sociaux et la dépression. Ça vaut la peine de mieux choisir de bien réglementer le temps passé à l’écran numérique afin de prévenir et de réduire les symptômes de la dépression », affirme la Dre Conrod.

De plus, il est important que les familles comprennent bien les processus par lesquels les médias sociaux rendent les jeunes dépressifs en affectant l’estime de soi.

D’autres études nécessaires

Ces résultats basés sur l’observation suggèrent que l’utilisation des médias sociaux et la consommation télévisuelle sont des facteurs importants pouvant mener les adolescents à la dépression.

À ce moment, nos résultats restent basés sur des observations. Il nous reste à confirmer un effet causal des médias sociaux sur la dépression, mais nos données tendent dans cette direction.

Patricia Conrod, chercheuse

D’autres études, dont des recherches expérimentales, sont donc nécessaires pour confirmer le lien de cause à effet de l’exposition aux médias sociaux sur la dépression chez les adolescents.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue JAMA Pediatrics, (en anglais).

Santé mentale

Science