•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première mosquée réservée aux femmes ouvrira au Canada

On voit quelques musulmanes du quartier assises sur des tapis orientaux.

Quelques femmes du quartier étaient venues assister à la conférence de presse.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Nadeau

Jean-Philippe Nadeau

Il s'agit d'une première au Canada. Une mosquée exclusivement réservée aux femmes ouvrira ses portes dans le quartier Regent Park de Toronto. L'espace, dont le choix de l'emplacement idéal sera arrêté dans les prochaines semaines, permettra aux musulmanes et leurs alliées de pratiquer leur foi en toute sécurité en attendant la construction éventuelle d'une mosquée permanente.

L'espace temporaire n'a pas encore été identifié, si bien qu'un promoteur immobilier du quartier qui est en redéveloppement depuis 12 ans a prêté son centre de présentation pour la conférence de presse et la prière du vendredi qui a suivi l'événement.

La responsable de l'initiative, Farheen Khan, affirme que le lieu sera rendu public en temps et lieu et qu'il ne s'agit pas de le garder confidentiel pour des raisons de sécurité. Nous avons deux ou trois idées d'emplacement en tête, nous attendons de voir quel édifice du quartier sera le plus approprié pour notre projet, dit-elle.

On voit la fondatrice Farheen Khan à la tribune.

Farheen Khan est la fondatrice de la seule mosquée pour femmes au Canada.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Nadeau

Mme Khan affirme néanmoins que cette mosquée pour femmes sera un lieu sécuritaire, qu'elles soient violentées ou non. Elle explique que des femmes de la communauté lui avaient formulé depuis longtemps le souhait de pouvoir se rassembler et de prier seulement entre elles sans la présence d'un homme, même d'un imam.

Mme Khan, qui est elle-même imam, confirme que cet espace doit permettre de lutter contre la misogynie, le patriarcat et la violence faite aux femmes. Elle en a fait une question de respect, de droit des femmes et d'égalité des sexes.

En tant que femmes, nous avions besoin d'un endroit pour récupérer comme il en existe dans d'autres communautés et pour surmonter nos douleurs, parce que certaines d'entre nous avons été victimes de violence conjugale ou d'une agression sexuelle; on pourra donc mieux les éduquer et leur prescrire des soins conformément à notre foi.

Farheen Khan, fondatrice de la mosquée pour femmes

Invitée à la tribune, la militante féministe Samra Zafar affirme qu'elle a été mariée à 17 ans et violentée dans sa famille lorsqu'elle était plus jeune aux Émirats arabes unis. Elle explique aux femmes assises devant elle sur des tapis posés à l'improviste qu'il était nécessaire de récupérer un espace pour et par les femmes pour qu'elles cessent d'avoir honte de ce qu'elles sont.

On voit Farheen Khan en entrevue avec les médias.

Farheen Khan affirme que la mosquée permettra de solidifier la communauté de fidèles.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Nadeau

Les responsables de la mosquée pour femmes affirment que l'établissement devrait servir 200 musulmanes du quartier. Elles soutiennent que l'idée fait son chemin et que leur groupe est suivi par plus d'un millier de femmes sur les réseaux sociaux.

Farheen Khan est la fille du fondateur de la première mosquée de Mississauga. Elle affirme que son père est fier d'elle et qu'il n'était pas opposé à un tel concept. Il m'a toujours soutenu, mais il a dû lui aussi faire son cheminement personnel à ce sujet, se rappelle-t-elle.

On voit le centre de présentation du promoteur immobilier où s'est tenue la prière du vendredi.

Un promoteur immobilier avait offert son centre de présentation pour organiser la prière du vendredi exclusivement pour des femmes.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Nadeau

Mme Khan reconnaît que certains musulmans dans la communauté voyaient d'un mauvais œil l'ouverture d'une telle mosquée, parce que le quartier en compte déjà trois. Ils pensent que l'on tente de diviser la communauté, mais ce n'est pas le cas, au contraire, nous cherchons à l'unifier et nous avons besoin de leur soutien, souligne-t-elle.

Une campagne de souscription sera bientôt lancée en ligne pour recueillir des fonds pour construire une mosquée permanente. L'objectif est d'amasser 250 000 dollars.

Une femme parle à une tribune devant un pupitre.

La conseillère municipale Kristyn Wong-Tam souhaite la bienvenue aux fidèles de cette nouvelle mosquée à Regent Park, qui compte une importante population musulmane.

Photo : Radio-Canada / Philippe de Montigny

La conseillère municipale du quartier, Kristyn Wong-Tam, applaudit à l'initiative. Avec la montée de l'islamophobie dans le monde, cette mosquée permettra de redonner confiance aux femmes et de les émanciper, explique-t-elle. Elle a d'ailleurs salué les efforts monumentaux de Farheen Khan pour avoir réussi à concrétiser son rêve.

L'événement, qui était fortement médiatisé, a néanmoins dissuadé beaucoup de femmes à ne pas se déplacer comme prévu à cause de la présence des caméras de télévision. Celles qui sont venues assister aux discours n'ont pas voulu s'adresser à la presse.

Toronto

Multiculturalisme