•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roberge publierait de nouveau la photo avec Malala « demain matin »

Le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge republierait la photo avec Malala « demain matin ».

Photo : Radio-Canada / Frédéric Tremblay

Mathieu Dion

En entrevue à Radio-Canada, le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, revient sur la photo qu’il a publiée avec Malala Yousafzai, Prix Nobel de la paix, sur Twitter. Rarement a-t-on vu une publication d’un politicien québécois faire autant réagir, jusqu’en Europe, au Moyen-Orient et en Inde.

Le ministre ne regrette rien. Il insiste plutôt sur l’accès à l’éducation en bas âge, dont l'importance a été reconnue par ses homologues du G7 à l’occasion de leur réunion la semaine dernière à Sèvres, en France, là où il a croisé la jeune femme.

Avec le recul, regrettez-vous?

J’étais très content de rencontrer Malala. Quant à moi, c’est un Prix Nobel de l’éducation : son combat pour la laïcité, son combat pour l’accès des jeunes filles à l’éducation, pour le développement international. Ça a été une belle surprise de la croiser, de jaser avec elle, de prendre la photo.

Ça a beaucoup fait jaser, parce que des gens ont décidé de l’utiliser pour détourner le sens de cette photo. Mais moi, je suis encore très fier de cette photo et je ne regrette pas de l’avoir publiée.

Sincèrement, je la republierais demain matin, parce qu’il ne faut pas remettre en question les bons gestes parce que des gens font de la petite politique ou des amalgames vraiment douteux.

Comprenez-vous pourquoi les gens ont réagi de cette façon?

Oui, parce qu’ils ont voulu instrumentaliser une photo d’un ministre avec quelqu’un qui porte un signe religieux en faisant croire qu’il y avait une incohérence à ce qu’un ministre du gouvernement de la CAQ [Coalition avenir Québec] soit à côté de quelqu’un qui porte un signe religieux.

Comme si l'on avait empêché toute manifestation des convictions religieuses au Québec. Comme si ça ne se pouvait pas. Voyons donc! Je vous le dis, je vais en prendre d’autres photos avec des gens qui portent des signes religieux.

L’enjeu est que vous avez parlé d’accès à l’éducation [avec Malala Yousafzai] et, plus largement, on pourrait parler d’accès à l’enseignement. Cette jeune femme ne pourrait pas enseigner au Québec.

Ce n’est pas vrai. Je pense que si Malala enseignait au Québec, ce serait dans une université. Et, au cégep et à l’université, la loi ne s’applique pas. Ensuite, des gens qui portent des signes religieux et qui l’enlèvent pendant leurs heures de travail, ça se peut. De présumer qu’elle ne pourrait pas enseigner, c’est de présumer d’un geste qu’elle poserait.

Je pense qu’il y en a qui se sont amusés à faire semblant de ne pas comprendre.

Jean-François Roberge

Qu’est-ce que cette expérience vous a enseigné?

Je suis au courant qu’il ne faut pas nourrir les trolls. J’ai appliqué la recette. Je n’ai pas répondu à chaque bêtise, insanité et insulte que j’ai reçue. Je n’ai pas nourri les trolls.

Mais j’ai été surpris qu’il y ait autant d’articles sur une polémique un peu factice. En même temps, c’est l’été. Il n’y a pas beaucoup de nouvelles.

Et ce commentaire de la chroniqueuse du Toronto Star selon lequel la CAQ est main dans la main avec les talibans?

Sincèrement, c’est absurde. C’est grossier. Je regarde ça, je m’esclaffe et je le montre à ma famille : Regardez comme c’est ridicule! Tout le monde rigole, on passe à autre chose.

À cette rencontre pré-G7, la déclaration commune dit : Nous reconnaissons que les enseignants ont un rôle déterminant pour combattre les inégalités. Avec l’interdiction des signes religieux chez les enseignants, n’y a-t-il pas une contradiction?

Je ne vois pas la contradiction. On peut porter un voile et être formé ou ne pas être formé. Je pense que la laïcité, c’est une valeur importante pour les Québécois. La laïcité pour moi, c’est un facteur d’équité pour prendre sa place dans la société.

Qu’avez-vous appris de cette rencontre avec d’autres ministres du G7 sur le préscolaire alors que vous tentez d’implanter les maternelles 4 ans massivement au Québec?

J’étais très content de voir que tous les pays du G7, sans aucune hésitation, reconnaissaient que la science nous prouve que la meilleure façon de lutter contre les inégalités, c’est l’éducation en bas âge.

J’ai aussi constaté qu’il y a peu de résistance dans les autres pays du G7. Il y a une volonté politique, il y a une volonté populaire d’investir dans la petite enfance. Moi, ça me conforte vraiment dans notre volonté. Ce n’est pas une idée saugrenue.

Il y a des gens au Québec qui opposent les garderies et les maternelles 4 ans. Il faut plutôt y voir quelque chose de complémentaire; opposer deux bonnes idées, ce n’est jamais une bonne idée.

MM. Roberge et Dion sont assis face à face dans un bureau.

Interviewé par notre journaliste Mathieu Dion, le ministre Roberge dit revenir de sa rencontre avec ses homologues du G7 rassuré sur ses choix en matière de maternelles 4 ans.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Tremblay

Est-ce qu’un enfant de 4 ans en centre de la petite enfance [service éducatif] se retrouve d’une certaine façon dans le préscolaire?

Le préscolaire, c’est le terme qu’on utilise pour l’école. Le cycle du préscolaire qu’on est en train d’implanter, c’est la maternelle 4 et 5 ans. On a une équipe d’experts qui travaille sur ce programme qui intéresse d’ailleurs l’ensemble des pays du G7.

Tous vont dans la même direction, mais l’idée d’avoir un duo enseignant-éducatrice et d’avoir un cycle intégré avec curriculum 4 et 5 ans, c’est quelque chose qui inspire les autres pays. Tout le monde dit vouloir s’inspirer de ce qu’on met en place au Québec. On fait figure d’élève modèle.

Étaient-ils au courant du débat que ça suscite?

J’ai eu une discussion à ce sujet avec le ministre français Jean-Michel Blanquer. On discutait l’un et l’autre des niveaux de résistance qu’on avait dans l’implantation de nos politiques. Eux, ils se préparent à implanter la maternelle 4 ans obligatoire partout. Nous, c’est facultatif.

Les propos de Jean-François Roberge ont été abrégés et légèrement édités pour faciliter la lecture du texte.

Politique provinciale

Politique