•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une grande quantité d’algues est attendue dans le lac Érié cet été

Un homme attache son bateau au-dessus d'une verte à cause des algues.

L'Association nationale atmosphérique et océanique des États-Unis prévoit une importante éclosion d'algues dans le lac Érié cet été.

Photo : Associated Press AP / Eric Albrecht

Radio-Canada

Les pluies abondantes qui ont inondé la région des Grands Lacs ce printemps entraîneront une prolifération massive d'algues dans certaines parties de l'ouest du lac Érié plus tard cet été, ont déclaré des chercheurs jeudi.

Selon leurs prévisions annuelles, les scientifiques de l'Association nationale atmosphérique et océanique des États-Unis s'attendent à ce que la prolifération des algues cette année se classe parmi les cinq plus importantes depuis qu’ils ont commencé à mesurer le problème en 2002.

Les chercheurs, qui utilisent une échelle pour évaluation l'ampleur de la prolifération, s'attendent à ce qu'elle atteigne 7,5 cette année. C'est moins que les éclosions les plus sévères qui ont marqué la dernière décennie, mais elle reste tout de même importante.

Le lac Érié est vert d'algues.

Image satellite de la prolifération des algues dans le lac Érié en 2011.

Photo : Associated Press / NOAA

Les scientifiques ignorent toutefois à quel point les algues pourraient être toxiques ou si elles constituent une menace pour les communautés de l'Ohio et du Michigan, aux États-Unis, qui puisent leur eau potable du lac.

Les proliférations d'algues qui produisent des toxines, qui peuvent rendre les baigneurs malades ou nuire aux poissons sont de plus en plus préoccupantes à l'échelle du pays, ce qui a entraîné cette année des avertissements d'eau du Vermont à la côte du Golfe.

En cas de floraison près de votre propriété ou prise d’eau :

  • Éviter de consommer l’eau ou de l’utiliser pour se laver

  • Ne pas faire bouillir l’eau ou la traiter avec de l’eau de Javel, car cela cause le rejet de toxines

  • Ne pas se fier à un dispositif de filtration d’eau dans un contenant

  • Éviter la cuisson d’aliments avec cette eau.

Le lac Érié, le moins profond et le plus chaud des Grands Lacs, a été particulièrement touché au cours de la dernière décennie. Il y a cinq ans, une prolifération d'algues toxiques a provoqué une interruption de deux jours de l'approvisionnement en eau potable à Toledo, au sud de Détroit.

Des études ont démontré que le phosphore qui nourrit les algues résulte en grande partie de l'écoulement des engrais provenant des champs agricoles ainsi que des usines de traitement des eaux.

Des pluies inhabituellement abondantes ce printemps ont apporté de grandes quantités d'éléments nutritifs dans le lac, mais la pluie a également empêché de nombreux agriculteurs de semer du maïs et d'appliquer des engrais riches en phosphore sur leurs champs.

C'est peut-être la raison pour laquelle la quantité de phosphore trouvée dans le plus grand affluent du lac, la rivière Maumee, était beaucoup plus faible que ce à quoi on pouvait s'attendre, a déclaré Laura Johnson, directrice du Centre national de recherche sur la qualité de l'eau de l'Université de Heidelberg.

Les scientifiques ne sont pas certains de l'impact que les niveaux d'eau records du lac cette année auront sur les algues.

Bien que certaines régions le long de la côte de l'Ohio aient déjà des algues qui commencent à se former et à dériver dans le lac, les chercheurs ne s'attendent pas à voir une grande éclosion avant la fin juillet.

Toronto

Pollution