•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ancien président de Desjardins se dit victime du vol de données

Claude Béland a été président du Mouvement Desjardins de 1987 à 2000.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Claude Béland, président du Mouvement Desjardins de 1987 à 2000, affirme être l’une des victimes du vol de données.

En entrevue à Radio-Canada, M. Béland indique avoir reçu des lettres de trois entreprises avec lesquelles il ne fait pas affaire. Ces entreprises, la Canadian Tire Bank, Adobe, ainsi qu’une société étrangère, lui réclament de l’argent.

En communiquant avec les sociétés, M. Béland s’est rendu compte qu’elles détiennent de nombreux renseignements personnels, dont son numéro d’assurance sociale.

Cette fuite représente, selon lui, un péché dans la gestion, un péché qui est aussi symptomatique de l'évolution de l'institution où, trop souvent, on a transformé les membres en clients, et où le cloisonnement des tâches complexifie la détection des personnes malhonnêtes.

À la suite de cette découverte, Claude Béland affirme avoir immédiatement alerté Equifax, qui lui a répondu que son cas ne pourrait pas être pris en charge avant le mois prochain.

Vous allez me dire : "Desjardins peut le faire". Desjardins peut le faire, mais la confiance a été ébranlée un peu ces temps-ci.

Claude Béland, ancien président du Mouvement Desjardins

Trois semaines après que le Mouvement Desjardins eut levé le voile sur un vol massif de données personnelles, à peine 11 % des membres particuliers touchés (environ 300 000 clients) sont inscrits au service de surveillance assuré par Equifax.

Pourtant, en faisant le point vendredi, le groupe coopératif financier a aussi indiqué que 93 % des lettres avaient été expédiées aux membres touchés.

D'ici la fin de la semaine prochaine, on peut s'attendre à ce que tout le monde ait reçu sa lettre.

Jean-Benoit Turcotti, porte-parole de Desjardins

Après des modifications récentes au processus d'inscription, les membres lésés peuvent également s'inscrire en appelant Desjardins, en allant sur AccèsD pour activer eux-mêmes les mesures de protection, ou en se rendant dans le réseau des caisses.

L’affaire des vols de données par un employé malveillant de Desjardins concerne 2,7 millions de particuliers, ainsi que 173 000 entreprises, soit un peu plus de 40 % des clients du groupe financier.

Des noms, prénoms, dates de naissance, numéros d'assurance sociale, adresses, numéros de téléphone, courriels, ainsi que d'autres renseignements portant sur les « habitudes transactionnelles » et les « produits » bancaires détenus par les clients de Desjardins ont été transmis illégalement à des tiers. Toutefois, les mots de passe, les numéros d'identification personnels (NIP) des membres et leurs questions de sécurité n'ont pas été compromis.

L'enquête a été amorcée en décembre dernier par le Service de police de Laval; la Sûreté du Québec (SQ) y participe depuis deux semaines.

Entrevue avec Claude Vigeant et Michel Carlos à l'émission 24/60

Lundi prochain, le Comité permanent de la sécurité publique et nationale tiendra une audience à la Chambre des communes sur la fuite de données au Mouvement Desjardins.

La Commission d'accès à l'information du Québec et le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada ont aussi annoncé qu'ils enquêteront sur la fuite de renseignements personnels chez Desjardins.

Avec les informations de Maxime Bertrand et de La Presse canadienne

Cybersécurité

Économie