•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Londres envoie un deuxième navire de guerre dans le golfe Persique

Le destroyer britannique HMS Duncan, dans le détroit du Bosphore.

Le destroyer britannique HMS Duncan, dans le détroit du Bosphore, en Turquie, le 12 juillet 2019.

Photo : Reuters / Murad Sezer

Agence France-Presse

Le Royaume-Uni a annoncé vendredi le déploiement d'un deuxième navire de guerre dans le golfe Persique, deux jours après un incident avec la marine iranienne qui avait tenté, selon Londres, d'empêcher le passage d'un pétrolier britannique dans le détroit d'Ormuz.

Le destroyer HMS Duncan se rend dans le Golfe pour relayer la frégate HMS Montrose, déjà sur place, afin de continuer à garantir la liberté de navigation pour les navires transitant par cette voie de navigation cruciale, a indiqué un porte-parole de l'exécutif britannique.

Cette rotation, qui était programmée, a été avancée, a ajouté une source liée au milieu de la défense, soulignant que les deux navires resteraient temporairement ensemble dans la région, mais sans préciser combien de temps.

Selon une source gouvernementale, l'exécutif a également relevé en début de semaine à son échelon maximal le niveau d'alerte dans les eaux territoriales iraniennes pour les navires britanniques, et adressé des recommandations de sécurité aux compagnies opérant dans la région.

La tension autour du détroit d'Ormuz, par lequel transite près d'un tiers du pétrole brut mondial acheminé par voie maritime, a grimpé ces dernières semaines au fil d'une spirale d'événements, dont des attaques d'origine inconnue contre des pétroliers et la destruction d'un drone américain par l'Iran.

L'Iran devrait faire attention. Ils s'engagent dans un territoire très dangereux, a déclaré vendredi le président américain Donald Trump à des journalistes à Washington.

Téhéran, accusé par Washington d'être à l'origine des sabotages de pétroliers, a démenti toute responsabilité, dénonçant la volonté des États-Unis de provoquer un choc pétrolier en lui imposant des sanctions sévères et un embargo sur ses exportations de brut.

Un nouvel incident est venu s'ajouter mercredi quand la marine militaire iranienne a tenté, selon le Royaume-Uni, d'empêcher le passage par Ormuz d'un pétrolier britannique. Le HMS Montrose, venu à sa rescousse, a dû lancer des avertissements verbaux aux vedettes iraniennes pour qu'elles battent en retraite.

Les Gardiens de la révolution, armée idéologique du régime iranien, ont nié toute confrontation récente avec des navires étrangers.

L'arraisonnement du Grace 1 alimente les tensions

Cet incident est intervenu après que le président iranien Hassan Rohani a mis en garde mercredi le Royaume-Uni, évoquant des conséquences après l'arraisonnement par Londres d'un pétrolier iranien, le Grace 1, au large de Gibraltar.

Long de 330 mètres, ce pétrolier a été arraisonné le 4 juillet par la police et les douanes de Gibraltar, assistées d'un détachement de Royal Marines britanniques, au large de ce territoire britannique situé à l'extrême sud de l'Espagne.

Une embarcation policière devant le Grace 1.

Une embarcation policière était bien visible devant le pétrolier Grace 1, jeudi 5 juillet, au large de Gibraltar.

Photo : La Presse canadienne / AAP/Marcos Moreno

Gibraltar le soupçonne d'avoir voulu livrer du pétrole à la Syrie en violation des sanctions européennes contre le régime de Bachar Al-Assad. Ce que dément Téhéran, qui a dénoncé un acte de piraterie.

Le navire contient 2,1 millions de barils de brut, soit sa capacité maximale, a indiqué vendredi le chef du gouvernement du territoire britannique, Fabian Picardo.

Le capitaine du pétrolier et son second, de nationalité indienne, ont été arrêtés jeudi. Deux officiers ont en outre été arrêtés vendredi, a annoncé la police du territoire britannique, précisant qu'ils étaient également de nationalité indienne.

Les tensions dans la région du Golfe n'ont fait que s'intensifier depuis que les États-Unis se sont retirés, en 2018, de l'accord nucléaire signé entre l'Iran et les grandes puissances en 2015 à Vienne.

Dans ce contexte, Washington a confirmé jeudi son intention de former une coalition internationale pour escorter les navires de commerce dans le Golfe.

Cette opération internationale devrait se mettre en place dans les prochaines semaines, a déclaré le général Mark Milley devant une commission du Sénat américain.

Mais certains dirigeants européens semblent réticents à engager des moyens militaires dans cette région où la moindre escarmouche peut dégénérer en conflit ouvert.

La France n'est jamais obligée de suivre un allié dans un conflit, a déclaré jeudi le général François Lecointre, chef d'état-major français des armées.

Paris est dans une logique de désescalade en tentant de sauver l'accord nucléaire, dont Téhéran s'est récemment partiellement affranchi, a indiqué à l'AFP une source gouvernementale.

Moyen-Orient

International