•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un peu de retard pour les fraises, mais une belle saison prévue au Bas-Saint-Laurent

Un plant de fraises

La récolte des fraises va connaître un léger retard cette saison au Bas-Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Miriane Demers-Lemay

Le mûrissement des fraises se fait un peu tardif cet été, mais la plupart des producteurs du Bas-Saint-Laurent s’attendent à une belle saison des récoltes.

À Mont-Joli, Les p’tits fruits champêtres n’ont pas encore commencé leur saison des récoltes. À Sainte-Luce, la Fraisière du Nord Est a fermé ses portes vendredi pour permettre le mûrissement des fruits. À Rimouski, La fraise du Bic a permis l'autocueillette pendant deux demi-journées seulement jusqu'à présent.

À Saint-Gabriel-de-Rimouski, le début de la saison des récoltes est attendue entre 7 à 10 jours plus tard que d'habitude, autour du 25 juillet. La récolte dans le secteur, situé près du Mont-Comi, est toujours plus tardive que la norme.

Une bonne saison prévue

Les producteurs de fraises sont toutefois loin de s’alarmer avec ce léger retard. Selon les producteurs de la Fraisière Lebel de Saint-Arsène, les printemps tardifs font de beaux plants de fraises. Dans la vallée de la Matapédia, les producteurs de La vallée de la framboise sont confiants d’avoir une meilleure saison que l’an dernier.

Cette année, on a eu un bel hiver avec une bonne couverture de neige, et un printemps sans accumulation d’eau dans les champs, observe Alexandre Pelletier, un producteur de Saint-Pascal. On a des températures chaudes et des nuits fraîches. C’est excellent, puisque c’est pendant les nuits fraîches que les sucres se forment dans les fruits.

Il est toutefois difficile de prédire avec précision les humeurs de Dame nature, observe Alain Dionne, des Jardins du Saroit, à Saint-Gabriel-de-Rimouski.

On est tellement dépendant de la température, dit-il. S’il fait trop chaud, les fruits brûlent. Pour l’instant, ça s’annonce bien.

Bas-Saint-Laurent

Agriculture