•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndicat des infirmières déplore un incitatif de 75 $ pour travailler les week-ends

Une infirmière assise sur le sol se tient la tête

Le temps supplémentaire obligatoire contribue à l'épuisement du personnel infirmier.

Photo : iStock

Radio-Canada

Un incitatif de 75 $, offert par le gouvernement aux infirmières qui se rendent disponibles à travailler les week-ends, sème la frustration. Cette mesure a pour but d'aider à diminuer la pénurie de main-d'oeuvre.

Les mesures incitatives qu'il y avait il y a une dizaine d'années étaient plus généreuses. C'était offert à l'ensemble des temps supplémentaires qui étaient effectués tant en semaine que la fin de semaine. Alors que là, c'est offert qu'à la deuxième fin de semaine de disponibilité, déplore la présidente du Syndicat des professionnelles en soins des Cantons-de-l'Est, affilié à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ-SPSCE), Sophie Séguin.

Selon elle, la grande majorité des infirmières travaillent déjà une fin de semaine sur deux ce qui fait en sorte que bien peu d'entre elles pourront toucher cette prime. On l'appelle le "forfaitaire poudre aux yeux". Il n'y a que huit fins de semaine dans un été et il y en a déjà quatre que nos professionnels en soins travaillent. On est très amères de cette formule-là qui n'a pas été négociée avec les représentants de la FIQ. On aurait amené d'autres éléments qui auraient été plus performants au niveau de la participation des membres.

Les inhalothérapeutes et les perfusionnistes, représentés par ce syndicat, ne sont pas inclus dans cette entente ce qui déçoit Sophie Séguin.

La présidente soutient également que l'été s'annonce compliqué pour les infirmières. C'était difficile l'an passé à pareille date. Là, c'est très difficile. On travaille au quotidien avec nos équipes dans les établissements pour regarder les écarts de personnel et beaucoup trop de temps supplémentaire sont prévus. On est aussi très inquiets pour des spécialités comme la maternité au CHUS, la néonatologie et la pédiatrie. On travaille avec les équipes pour trouver des pistes de solution pour diminuer le temps supplémentaire obligatoire parce que les gens sont épuisés.

Estrie

Établissement de santé