•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Douce orageuse : quand le militantisme rend malade

Une femme sur scène avec une marionnette

La militante Alyssa Symons-Bélanger présente la pièce «Douce orageuse» à la Forge à Bérubé de Trois-Pistoles.

Photo : Radio-Canada / Nadia Ross

Radio-Canada

L'artiste militante Alyssa Symons-Bélanger présente la pièce Douce orageuse à la Forge à Bérubé de Trois-Pistoles vendredi et samedi. Une pièce qui lui a permis de se soigner d’un épuisement à la suite de sa lutte contre le projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada.

Un texte de Nadia Ross

« Je me suis impliquée dans la lutte contre les oléoducs pendant cinq ans [...]. Toute ma vie tournait autour du militantisme jusqu’à ce qu'un jour, je fasse ce qu’on appelle un épuisement militant », relate-t-elle.

L’artiste raconte aussi qu’elle a fait face à des épisodes d’écoanxiété caractérisés par un violent sentiment de tristesse et de désespoir au sujet de l’environnement.

L'artiste et militante Alyssa Simons-Bélanger

L'artiste et militante Alyssa Simons-Bélanger

Photo : Radio-Canada / Nadia Ross

« Le fait d’avoir fait une énorme prise de conscience de ce qui se passe globalement et le fait de se sentir minuscule face à l’immensité de la destruction de notre planète et des changements climatiques me ramenait dans des états de panique et avait de gros effets sur ma santé mentale. »

J’avais des jours où je pouvais pleurer toute la journée en pensant [par exemple] aux réfugiés climatiques…

Alyssa Symons-Bélanger

C’est dans cet état qu’elle a commencé à travailler sur le projet théâtral Douce orageuse. Habituée d’accompagner des groupes en art-thérapie, elle s’est alors servie de sa propre médecine pour reprendre le contrôle sur sa vie.

Sur scène, elle utilise alors l’art pour extérioriser ses émotions et ses blessures avec l’aide d’Alphonse, une marionnette qui représente ses craintes et ses doutes. Une façon pour elle de communiquer plus facilement des thèmes qui peuvent être universels et non liés uniquement à l’activisme.

Alyssa Symond-Bélanger partage la scène avec Alphonse, une marionnette qui représente ses craintes et ses doutes.

Alyssa Symond-Bélanger partage la scène avec Alphonse, une marionnette qui représente ses craintes et ses doutes.

Photo : Radio-Canada / Nadia Ross

Après les représentations, les spectateurs sont d'ailleurs invités à une discussion, pour voir quel écho suscite l'expérience de l'activiste au sein du public.

La pièce Douce orageuse est présentée vendredi et samedi les 12 et 13 juillet à la Forge à Bérubé de Trois-Pistoles.

Bas-Saint-Laurent

Théâtre