•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fraude à l’immigration : une famille chinoise perd les économies d’une vie à Winnipeg

L'avocat Paul Hesse vêtu d'une chemise grise à rayures.

L'avocat en droit à l'immigration, Paul Hesse, a été renvoyé de l'entreprise Pitblado Law, le 7 juin dernier.

Photo : YouTube

Radio-Canada

Un homme originaire de Chine affirme avoir perdu 200 000 $ après les avoir transférés à l’avocat en droit de l’immigration winnipégois Paul Hesse, dans l’espoir d’obtenir un visa de résidence permanente au Canada.

L’homme et sa famille, qui comprend sa femme, son nouveau-né et sa fille de sept ans, vivent actuellement à Winnipeg sous un visa de visiteur.

CBC/Radio-Canada a accepté de ne pas divulguer l’identité de cette personne que nous appellerons ici Marc. Ce dernier explique craindre pour ses procédures d’immigration si son nom venait à être révélé publiquement.

Alors que Paul Hesse a soudainement été renvoyé de la firme winnipégoise Pitblado Law le mois dernier, Marc vient s’ajouter à une liste grandissante de familles qui s’inquiètent du devenir de leurs investissements et de leurs procédures d’immigration.

« Il y a une certaine angoisse. Il y a des personnes qui ne savent pas où en sont les dossiers », explique Reis Pagtakhan, un avocat de Winnipeg qui a repris plusieurs dossiers de Paul Hesse.

L’entreprise Pitblado a renvoyé Paul Hesse le 7 juin après des allégations de transferts de fonds dans une entreprise impliquant son partenaire dans la vie, Patrick Maxwell.

Les représentants de l’entreprise estiment que plus de 20 anciens clients sont concernés.

Toutefois, aucune de ces allégations n’a pour le moment été prouvée en cour. CBC News a tenté à de multiples reprises de contacter M. Hesse et M. Maxwell, sans succès.

De son côté, la semaine dernière, le Winnipeg Free Press rapportait que M. Hesse déclarait qu’il y avait de « nombreuses inexactitudes dans la description faite des événements », sans toutefois pouvoir donner plus de détails en raison d'engagements préalablement pris.

Investir 200 000 $ pour s’établir au Canada

Marc, qui s’est entretenu en mandarin avec CBC/Radio-Canada avec l’aide d’un traducteur, affirme avoir commencé à travailler avec Paul Hesse il y a trois ans.

Il dit avoir choisi l’avocat sur les conseils d’un ami, lequel travaillait alors sur sa propre candidature d’immigration avec M. Hesse, et a depuis été accepté au Programme de candidats des provinces.

Marc affirme que la confiance de son ami envers l’avocat l’a incité à faire de même. « Ils se connaissaient bien. En Chine, on fait les choses avec l’aide de ses amis », explique Marc.

Selon ce dernier, Paul Hesse lui aurait dit que la meilleure façon de s’établir au Canada était d’y créer une entreprise, avec un investissement initial de 200 000 $.

M. Hesse aurait toutefois omis de préciser à Marc qu’il représentait l’entreprise en question.

CBC News a obtenu des documents montrant que 100 000 $ avaient été transférés sur les comptes de Pitblado, quand un autre montant de 100 000 $ avait été dirigé directement vers Paul Hesse.

Un retour sur investissement perdu

Marc précise avoir été assuré que son argent lui serait retourné dans les deux ans, à l’obtention de son permis, tel un dépôt de garantie.

Il ajoute avoir rencontré M. Hesse il y a deux semaines, après son renvoi de Pitblado, qui lui a indiqué que sa candidature à l’immigration ne « fonctionnerait pas ».

« Je suis navré, à présent je ne peux pas vous rembourser l’entièreté de votre investissement », a déclaré Paul Hesse, selon Marc.

Il ajoute que lors de la conversation, l’avocat lui aurait indiqué que le seul moyen de récupérer son argent serait de porter une plainte en cour contre Paul Hesse et Pitblado Law.

« Même s’il m’a demandé de l'attaquer en justice, je n’y aurai recours qu’en dernière éventualité. D’abord, je veux demander de l’aide au Barreau du Manitoba afin d’avoir des conseils quant à ma situation », explique Marc.

Il précise qu’au cours des deux années de traitement de son dossier, il a principalement interagi avec l’associé de Paul Hesse, lequel continue de travailler pour Pitblado pour un autre avocat.

Selon l’associé directeur de l’entreprise, Benjamin Hecht, le rôle de cet assistant est purement administratif.

Les fautes professionnelles de M. Hesse sont de son propre chef, sans que qui que ce soit ait été mis au courant au sein de Pitblado. M. Hesse a profité de sa position et de la confiance de ses clients. À l’annonce des faits, nous l’avons immédiatement suspendu de ses fonctions et avons confisqué son ordinateur portatif.

Benjamin Hecht, associé directeur de Pitblado Law

Le Barreau enquête

Une enquête à l’encontre de M. Hesse a officiellement été ouverte au Barreau du Manitoba, lequel régule l’activité des avocats en exercice dans la province.

De leur côté, les agents d’immigration de la province ont lancé une étude poussée des dossiers incriminés.

Un porte-parole du gouvernement affirme que le Programme des candidats de la province « coopère directement avec les autorités, dont les associations de régulation, dans les limites légales ».

Avec des informations de Ahmar Khan et Kristin Annable

Avec les informations de CBC

Manitoba

Immigration