•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau a pu recruter suffisamment de sauveteurs cet été

Le jeune femme se tient debout sur le bord de la piscine où se baignent des enfants.

Une sauveteuse surveille les jeunes baigneurs dans une piscine municipale de Gatineau (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les Gatinois qui souhaitent se rafraîchir dans les piscines et aux plages municipales peuvent le faire en toute sécurité. La Municipalité a recruté suffisamment de surveillants-sauveteurs pour pourvoir tous les postes disponibles.

À quelques jours de la Semaine nationale de prévention de la noyade, qui se déroule du 21 au 27 juillet, de nombreuses villes au Québec ont toujours de la difficulté à trouver des sauveteurs.

La Ville de Gatineau avait rencontré de tels défis l’année dernière, ayant eu du mal à combler tous les quarts de travail.

Cette année toutefois, la situation s’est améliorée. Tous les postes [de sauveteurs] sont comblés à la Ville de Gatineau, on peut se compter chanceux, soutient le chef d'unités aquatiques, Martin Goulet, à l’émission Les matins d’ici.

La Municipalité reste cependant en mode recrutement. Il nous en manque quand même pour assurer une relève, surtout avec les temps chauds de cet été, reconnaît-il.

Une formation exigeante

Martin Goulet explique notamment la difficulté du recrutement – qui s’aggrave selon lui depuis une dizaine d’années – par l’exigence de l’emploi et par la formation obligatoire de 120 heures. Le jeune de 13, 14 ou 15 ans qui s'investit doit le faire des années au préalable avant de commencer son travail de sauveteur à 16 ans, souligne-t-il.

Pour garder ses surveillants-sauveteurs à jour, la Ville de Gatineau leur offre de la formation continue.

Selon Martin Goulet, 90 % du travail [d’un surveillant-sauveteur] est dans l'éducation et la prévention de la noyade auprès des enfants et des parents.

Moins de 1 % des noyades surviennent dans des piscines publiques ou des plages. Les lacs et les rivières, c'est là où se retrouve la majorité des noyades, souligne-t-il.

La surveillance à Gatineau en quelques chiffres :

  • 166 surveillants-sauveteurs
  • 7 piscines
  • 8 pataugeoires
  • 3 plages
  • 3 centres intérieurs

Ottawa-Gatineau

Emploi