•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soirée trempée pour la première de Starmania à la place Nikitotek

Des spectateurs ont même sorti leurs parapluies pour se protéger de l'eau qui coulait du toit.

Des spectateurs ont même sorti leurs parapluies pour se protéger de l'eau qui coulait du toit.

Photo : Radio-Canada / Julie Laurent

Radio-Canada

Les spectateurs présents à la première de Québec Issime chante Starmania jeudi soir, à la place Nikitotek de Sherbrooke, ont eu une mauvaise surprise : la pluie a joué les trouble-fêtes parce que le toit fuyait à plusieurs endroits.

L'entracte a même dû être prolongé d'une vingtaine de minutes en raison de la pluie qui traversait le toit.

Comme plusieurs spectateurs se faisaient mouiller, l'organisation leur a prêté des imperméables. D'autres ont ouvert leurs parapluies.

On a déjà vécu des situations pires que ça lorsque nous n'avions pas de toit. Mais, pour être honnête, c'est effectivement une situation qui était très peu agréable, avec les fuites de la toiture qui sont survenues en raison d'une averse très abondante, mais qui était accompagnée de vents intenses. C'était peu agréable pour les spectateurs, mais aussi pour la production, qui fait un travail remarquable. On tient à s'excuser à eux. On est entièrement imputables de cette situation et on l'assume entièrement, admet le directeur général de Destination Sherbrooke, Denis Bernier.

Selon Environnement Canada, il est tombé près de 40 mm de pluie en soirée jeudi.

Pas la première fois

L'an dernier, particulièrement à la fin de la saison, le théâtre couvert avait connu des problèmes similaires. On a fait appel à une firme professionnelle pour régler la situation en début de saison, mais visiblement, le problème n'est pas réglé. Il est de notre devoir de le régler en respect envers les clients et la production, explique le directeur général.

Ces entrepreneurs doivent livrer ce pour quoi nous les avons embauchés. Ils ont une imputabilité. Ce qui nous importe le plus, c'est de trouver une solution très rapidement. C'est important que les gens puissent être satisfaits.

Denis Bernier, directeur général de Destination Sherbrooke

Destination Sherbrooke assure être en contact avec l'entrepreneur qui a construit le toit depuis tôt vendredi. On doit trouver une solution. C'est impératif. Nous sommes aussi en communication avec la firme qui a procédé aux réparations depuis jeudi soir. On est en suivi très serré, c'est important, assure Denis Bernier.

La volonté qui a été exprimée, c'est qu'il y ait une responsabilité financière partagée entre les différents intervenants, ajoute le directeur général de Destination Sherbrooke.

Même si la place Nikitotek doit déménager à la fin de la saison en raison de la construction du pont des Grandes-Fourches, tout sera fait pour que le problème soit réglé. C'est impératif pour nous de trouver la solution et de régler la situation, martèle-t-il.

Joint au téléphone, le président et propriétaire de Scène éthique, Martin Ouellet, estime que l'entretien du toit a sans doute fait défaut. Les joints ont été conçus pour une structure démontable.

C'est un client que je respecte, donc j'ai offert de prendre une partie de la facture. [...] Est-ce que j'aurais dû les appeler pour leur dire que c'est un toit temporaire? Si vous manquez d'huile dans votre voiture, ce n'est pas le concessionnaire qui vous dit d'en mettre, dit-il.

Un toit de 900 000 $

Ce contretemps semble bien mineur si l'ont tient compte des autres menaces qui pèsent sur l'avenir de la Place Nikitotek. La construction du nouveau pont des Grandes Fourches forcera son déplacement à Sherbrooke ou ailleurs.

Pourtant, le nouveau toit, construit au coût de 900 000 $, avait été installé à l'été 2015. C'était Robert Doré, le producteur des spectacles de Québec Issime, qui avait demandé la construction d'un toit sur la scène Nikitotek, à défaut de quoi il menaçait de présenter son spectacle ailleurs.

La recommandation du comité de revitalisation et du comité exécutif c'est de la relocaliser au centre-ville, assure néanmoins la conseillère Chantal L'Espérance.

Le financement du toit de la place Nikitotek avait créé une certaine division au sein du conseil municipal de Sherbrooke. Quinze conseillers avaient voté pour le projet, tandis que cinq autres s'étaient prononcés contre ce financement. La maison de production devait rembourser le montant total à la Ville sur une période de dix ans.

Estrie

Conditions météorologiques