•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attention aux vendeurs itinérants sans permis

Une main est posée sur une thermopompe sur laquelle sont posés des appareils de mesure.

Des vendeurs itinérants ont tenté de vendre des appareils écoénergétiques à des résidents de Rimouski (archives)

Photo : iStock

Édith Drouin

Certains résidents de Rimouski disent avoir reçu la visite de vendeurs itinérants au cours des dernières semaines. La Ville rappelle aux citoyens de rester vigilants face aux vendeurs qui font du porte-à-porte.

Un vendredi soir de juin, deux vendeurs ont cogné à la porte de Nancy Michaud.

Ils ont quand même été insistants pour nous rencontrer en nous disant que ça prenait seulement 15 minutes, raconte-t-elle.

Avec leur porte-documents rempli de feuilles plastifiées, les vendeurs lui ont vanté les mérites d’un système écoénergétique ressemblant à une thermopompe.

Pendant un instant, Nancy Robichaud a été tentée.

Ils nous disaient qu’on pouvait économiser sur notre facture d’électricité jusqu’à 48 %, donc quand tu paies aux alentours de 3000 $ d’électricité par année, ça devient intéressant.

Nancy Robichaud, résidente de Rimouski

Les vendeurs lui ont fait une estimation d’environ 16 500 $. Ils lui ont aussi affirmé qu’elle avait droit à une subvention gouvernementale de 3000 $.

Le nom et le numéro de téléphone de la compagnie ne figuraient pas sur l’estimation fournie par les vendeurs.

Estimation du montant du système de chauffage et des économies générées.

L'estimation fournie à Nancy Robichaud promet des économies importantes en électricité.

Photo : Gracieuseté - Nancy Robichaud

À la fin de leur présentation, Nancy Robichaud a dit aux vendeurs qu’elle avait besoin de temps pour réfléchir.

Je ne voulais pas leur donner de réponse tout de suite, mais ils ont dit : “Regarde, parce qu’on est dans le coin, c’est maintenant qu’il faut avoir une réponse parce que demain notre équipe est ici.”

C’est à ce moment que Nancy Robichaud s’est mise à douter de la légalité de leur manière de faire. Elle les a laissés partir.

Audrey Dubé-Loubert, autre résidente de Rimouski, a vécu un scénario semblable. Un vendeur itinérant a tenté de lui vendre un système électrique au coût de 12 000 $ en juin dernier.

Il lui a affirmé qu’elle était admissible à une subvention de 1150 $ avec le programme gouvernemental Réno-Vert.

L’installation aurait été le lendemain de sa visite, pour diminuer les coûts d’installation, en étant plus rentable, en faisant plusieurs installations dans la même journée, a-t-elle expliqué.

Rémy Bourdillon a également reçu la visite d’un vendeur qui tentait de lui vendre un système de chauffage subventionné par le gouvernement et lui permettant de faire de grosses économies.

Devant le vendeur, qui lui a rapidement demandé ses factures de chauffage et qui, raconte-t-il, débitait son texte appris par cœur, il a rapidement compris qu’il s’agissait d’une arnaque.

Il lui a signifié qu’il n’était pas intéressé.

Pas de permis délivrés par la Ville

Ces vendeurs ne possédaient pas de permis, selon la Ville de Rimouski. L’administration dit avoir délivré un permis de vente itinérante et de colportage pour la dernière fois en avril 2019.

Dans les dernières semaines, il n’y a aucun permis qui a été délivré.

Marc Parent, maire de Rimouski

Depuis l’an dernier, les propriétaires d’entreprises qui n’ont pas de bureaux sur le territoire de Rimouski peuvent obtenir un permis pour uniquement 30 jours, et celui-ci ne peut être renouvelé qu’après un délai de quatre mois.

Les propriétaires d’entreprises locales peuvent par contre obtenir un permis valide pour 90 jours s’ils en font la demande.

Comment éviter de se faire avoir?

Les vendeurs itinérants qui prétextent une subvention gouvernementale ou une inspection gratuite pour vendre un appareil énergétique à prix beaucoup plus élevé que celui du marché avec des promesses d’économies d’énergie exagérées ne sont pas rares, selon le porte-parole de l’Office de la protection du consommateur, Charles Tanguay.

Il recommande aux consommateurs de prendre leur temps avant de signer un contrat et de faire des vérifications auprès des marchands locaux pour connaître la vraie valeur de ce type d'appareil.

Le conseil général, à tous les consommateurs, c’est de ne jamais signer le jour même, et encore moins quand le vendeur insiste pour que vous signiez immédiatement.

Charles Tanguay, porte-parole de l’Office de la protection du consommateur

Il précise qu’il vaut mieux être particulièrement vigilant concernant tout ce qui gravite autour de travaux supposément écoénergétiques.

Le consommateur peut aussi vérifier si l’entreprise possède un permis auprès de l’Office de la protection du consommateur et de la Ville.

Si quelqu’un fait du porte-à-porte et n’a pas son permis de commerçant itinérant, il est dans l’illégalité; il peut être passible d’une poursuite pénale par l’office, explique M. Tanguay.

Et s’il est trop tard, les consommateurs peuvent annuler un contrat dans les 10 jours suivant sa signature, sans frais ni pénalités.

Bas-Saint-Laurent

Consommation