•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de centre interculturel sur la rue Gamelin à la veille de s’éteindre

Le bâtiment de briques rouges de l'ancien collège dont les fenêtres ont été placardées.

L'ancien Collège Nouvelles Frontières est vide depuis 2009.

Photo : Radio-Canada / Nathalie Tremblay

Radio-Canada

La conseillère municipale Louise Boudrias compte déposer une résolution en septembre pour mettre fin au projet de centre interculturel au 100, rue Gamelin dans le secteur de Hull si rien n’est fait d'ici septembre.

Cela fait maintenant deux ans que la coopérative responsable du projet a reçu une aide financière de plus d’un million de dollars pour rénover et moderniser le bâtiment, mais rien n’a bougé depuis.

La conseillère du district du Parc-de-la-Montagne–Saint-Raymond, Louise Boudrias, commence à s’impatienter, ajoutant qu’elle a un devoir envers ses citoyens.

Il n’y a pas une semaine qui passe sans qu’un de mes citoyens me demande ce qui se passe avec ce projet-là, explique-t-elle en entrevue.C’est de l’argent des contribuables aussi qui a été investi alors je dois aller de l’avant.

En septembre, je vais devoir passer une résolution. On doit avoir un projet structurant pour redonner ce fabuleux parc aux citoyens.

Louise Boudrias, conseillère du district du Parc-de-la-Montagne-Saint-Raymond

Par aller de l’avant, Mme Boudrias fait référence au second groupe qui a un projet pour le 100, rue Gamelin. En effet, le Centre des arts de la scène a déjà exprimé son intérêt pour le bâtiment.

Claire Duguay, la directrice générale de l’Avant-scène, qui a récemment perdu ses locaux, affirme que l’intérêt est toujours présent, mais qu’il faudra d’abord trouver du financement.

Jointe au téléphone, Céline Auclair, la responsable du projet de centre interculturel, s’est dite surprise de savoir que la Ville pourrait retirer son appui. Mme Auclair explique que les délais résultent de l’attente pour d'autres sources de financement.

La difficulté supplémentaire que représente la disponibilité des partenaires, au nombre de 17, pendant la période estivale, justifie aussi les délais, selon la responsable.

La conseillère municipale indique qu’elle aurait aimé une rencontre ou une entente, de façon à connaître l’avancement du projet.

Il [leur] reste l’été. On regarde avec l’autre projet... Je vais tenter de leur parler d’ici là, conclut Mme Boudrias.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Politique municipale