•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taxe carbone : la discorde entre Ottawa et le Manitoba s’étend au domaine scolaire

Brian Pallister et Justin Trudeau.

La redevance pour l’amélioration de l’efficacité énergétique dans les écoles provient de 10 % des revenus de la taxe carbone générés par Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Presse canadienne

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral menace de contourner la province du Manitoba et les 3 autres provinces frondeuses où la taxe fédérale a été imposée, et de remettre directement aux divisions scolaires une redevance pour l’amélioration de l’efficacité énergétique.

Mardi, le secrétaire parlementaire de la ministre de l’Environnement, Sean Fraser, a déclaré que des fonctionnaires fédéraux collaborent avec la province afin de la convaincre d’accepter un rôle dans la distribution ces redevances d’ici le 19 juillet.

Si un consensus n’est pas trouvé dans les délais, il a ajouté qu’Ottawa trouvera un moyen de faire sans la province.

La redevance à l’efficacité énergétique donnée aux divisions scolaires est un nouvel appui qui aidera les écoles de la province à économiser de l’énergie et à réduire la pollution, selon le gouvernement fédéral.

Elle provient de 10 % des revenus générés par la taxe fédérale sur le carbone au Manitoba.

L'autre 90 % des revenus tirés l'imposition de la pollution sont reversés directement aux familles.

Avec ce nouveau financement, Ottawa affirme que les divisions scolaires pourront investir dans des options plus écologiques lors de la modernisation de leurs installations.

Par exemple, dans le cas d’un projet d’amélioration des fenêtres et de l’éclairage de 1,5 million de dollars entrepris par un conseil scolaire manitobain, le gouvernement fédéral épongerait jusqu’à 40 % aux coûts admissibles du projet, ce qui permettrait au conseil scolaire d’économiser environ 600 000 $ qu'il pourrait réinvestir dans d’autres activités.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, qualifie cette offre d’« ultimatum ». Il affirme que le montant est infime lorsqu’on le compare aux investissements de son gouvernement en environnement.

Selon le président de la Commission scolaire franco-manitobaine, Bernard Lesage, cette nouvelle redevance est importante pour les écoles de la province. « Tout le monde doit contribuer à la protection de l’environnement », dit-il, et la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) espère « être partie prenante de la solution ».

Présentement, la DSFM travaille à améliorer l’empreinte écologique de ses vieilles écoles.

Il y a quelqu’un qui voit comment on peut retaper nos écoles construites depuis longtemps pour être plus écologiques et faire des économies au niveau du chauffage.

Bernard Lesage, président de la Commission scolaire franco-manitobaine

Selon M. Lesage, il est très trop tôt pour dire si une redevance qui contourne la province sera désavantageuse pour les divisions scolaires.

La province continue d’étudier la demande d’Ottawa.

Manitoba

Politique fédérale