•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aspirante au titre de championne du monde d'une course de 400 mètres

Claire Villet, une jeune coureuse, regarde à la caméra avec un sourire bouche fermée.

Claire Villet participe à la course Red Bull 400 et aspire à faire les finales mondiales qui ont lieu à Whistler.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Milette-Gagnon

Radio-Canada

La coureuse Claire Villet espère obtenir le titre de meilleure au monde pour sa deuxième participation à la course Red Bull 400, qui a lieu à Whistler, ce samedi.

Chaque année, la compagnie de boisson énergisante Red Bull organise une course extrême qui mélange endurance et cardio. Des coureurs de partout dans le monde y prennent part pour se qualifier aux finales mondiales. Pour la première fois cette année, ces finales ont lieu en Amérique du Nord.

J’ai hâte de voir les compétiteurs d’à travers le monde. Déjà l’année dernière, j’ai pu voir la compétition canadienne, mais c’est un bon évènement pour rencontrer les coureurs d’ailleurs.

Claire Villet, participante pour une deuxième année à la course Red Bull 400
Claire Villet, une jeune coureuse, sourit à l'idée de participer à la course Red Bull 400 qui a lieu à Whistler.

Claire Villet est excitée de participer à la course Red Bull 400 qui a lieu à Whistler et qui accueille les finales mondiales.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Milette-Gagnon

Une course ouverte à tous, à vos risques et périls

Marcheurs du dimanche ou pros du lycra, tous sont invités à s'inscrire pour essayer ce trajet de 400 mètres.

Claire Villet avoue que la première fois qu'elle a vu les vidéos promotionnelles de la course, elle a été motivée par le trajet et elle pensait que c'était plutôt une course à obstacles. C'est que la course demande aux athlètes de défier la gravité en courant sur une pente qui a environ 37 degrés d'inclinaison, et ce, en un temps record.

La jeune coureuse a tout de même découvert un évènement « qui est plutôt chouette à vivre, mais qui reste incomparable à aucune autre activité physique. C'est une course courte, mais très difficile » ajoute-t-elle en riant.

La finale de la course est le meilleur moment, mais ce n’est pas comme les gens se l’imaginent. On s’affale tous sur des matelas. Ça démontre l'intensité de la course.

Claire Villet
Une jeune femme court sous un ciel nuageux près de Stanley Park à Vancouver

Claire Villet s'entraîne pour la course Red Bull 400 qui a lieu à Whistler.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Milette-Gagnon

Vancouver, la ville des coureurs

Claire Villet se réjouit de pouvoir s'entraîner dans une ville où la course à pied ne prend jamais de pause.

Elle explique que Vancouver ne connaît pas les hivers froids canadiens et offre « des montagnes tout près pour pouvoir s'entraîner et habituer nos jambes à des pistes avec de longs dénivelés comme on retrouve dans la course Red Bull 400. »

La jeune femme, également l'ambassadrice du club de course Ranvan, aspire à faire un meilleur temps que l'an dernier où elle a terminé seizième sur un groupe de cinquante participants.

Colombie-Britannique et Yukon

Course