•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusations d'agressions sexuelles en Indonésie : Neil Bantleman est de retour au Canada

Neil Bantleman vêtu d'une chemise blanche photographié derrière les barreaux.

Le Canadien Neil Bantleman derrière les barreaux en Indonésie.

Photo : AP / Dita Alangkara

Radio-Canada

L'enseignant canadien Neil Bantleman, détenu en Indonésie depuis 2014 en raison d'accusations d’agressions sexuelles sur des mineurs, a été libéré et est revenu au Canada à la fin du mois de juin.

La justice indonésienne avait reconnu l'enseignant ontarien coupable d’agressions sexuelles sur des enfants dans une école de Jakarta, alors que Neil Bantleman a toujours clamé son innocence.

Il y a cinq ans, j'ai été accusé à tort et reconnu coupable de crimes que je n'ai pas commis, a déclaré Neil Bantleman.

Je suis heureux que ma demande de clémence ait été accordée par l'Indonésie le mois dernier, dans le respect des principes fondamentaux de la justice et des droits de l'homme, a indiqué l'enseignant.

[Ma femme] Tracy et moi sommes très heureux d'être à la maison et réunis avec notre famille.

Neil Bantleman
Un homme et une femme posent ensemble.

« Je veux remercier ma femme Tracy. Je ne doute pas que sans son amour et son engagement, ce jour n'aurait pas été possible », a déclaré Neil Bantleman.

Photo : Heather Van Sickle

Neil Bantleman a également remercié l'engagement indéfectible du gouvernement du Canada pour son retour à la maison.

C’est presque surréel à ce point-ci. On se parlait souvent grâce à la technologie, mais qu’il soit revenu à la maison et que je puisse l’enlacer est complètement différent, a commenté son frère Guy Bantleman.

Il affirme que Neil Bantleman se porte bien et commence à s’habituer à la vie d’homme libre.

Évidemment, c’est cinq ans de sa vie et il doit s’adapter à la liberté, mais il va très bien, indique son frère.

Neil Bantleman et un enseignant adjoint de l’école Jakarta Intercultural School, Ferdinand Tjiong, ont été condamnés à 10 ans de prison.

L'enseignant avait été acquitté et brièvement libéré en août 2015 avant que la Cour suprême indonésienne ne réinstaure la peine et y ajoute une année.

Le gouvernement canadien effectuait du lobbying auprès du gouvernement indonésien depuis plusieurs années afin d’obtenir la libération de M. Bantleman.

En octobre 2018, le premier ministre Justin Trudeau avait visité la famille Bantleman à Burlington, en Ontario, promettant des résultats positifs aux proches de l'enseignant canadien.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Justice et faits divers