•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des évacués des feux de forêt ontariens arrivent en Saskatchewan

Des personnes évacuées montent en autocar.

Les premières personnes évacuées du Nord-Ouest de l'Ontario s'apprêtent à monter à bord d'un autocar pour aller en direction des résidences de l'Université de Regina.

Photo : Radio-Canada / Marouane Refak

Emmanuelle Poisson

De premières personnes évacuées du Nord-Ouest de l’Ontario sont arrivées jeudi matin dans la capitale de la Saskatchewan. Au total, huit avions transportant entre 50 et 80 passagers sont attendus jeudi à l’aéroport international de Regina.

La Saskatchewan a annoncé mercredi qu’elle acceptait d’accueillir jusqu’à 2000 personnes du Nord-Ouest de l’Ontario qui sont évacuées en raison des feux de forêt sévissant dans la région.

La plupart des gens évacués qui seront hébergés en Saskatchewan sont des résidents du village autochtone de Pikangikum, situé dans le Nord-Ouest de l’Ontario, près de la frontière avec le Manitoba. C'est la deuxième fois en quelques semaines que la communauté doit être évacuée en raison de la menace d'un feu de forêt.

« Nous nous attendons à accueillir environ 400 personnes qui arriveront par avion aujourd’hui à Regina », affirme Deanna Valentine, coordinatrice provinciale des services sociaux d’urgence de la Saskatchewan. « Elles seront transportées vers les résidences de l’Université de Regina. Une fois aux résidences, la Croix-Rouge les prendra en charge. »

La province et la Croix-Rouge sont responsables de fournir les ressources comme la nourriture, l’hébergement et les soins médicaux. 

Ils demanderont, par la suite, un remboursement au gouvernement ontarien.

Les dortoirs de l’Université de Regina pourront accueillir jusqu’à 400 personnes. Des chambres d’hôtel ont également été réservées pour les évacués. Une fois que ces lieux d'hébergement auront atteint leur pleine capacité, ce sera dans les villes de Saskatoon et de Prince Albert que les personnes évacuées seront envoyées.

Deanna Valentine, la coordonnatrice des services sociaux d'urgence de la Saskatchewan, affirme que les coûts du transport des évacués sont assumés par l'Ontario.

Dans un premier temps, la Saskatchewan devra prendre en charge ceux de la nourriture et de l'hébergement avant de demander un remboursement au gouvernement ontarien.

Deanna Valentine explique que la province travaille en partenariat avec la Croix-Rouge pour venir en aide aux gens évacués, mais aussi avec des groupes autochtones de la Saskatchewan, comme la Fédération des nations autochtones souveraines (FSIN), pour les accueillir et leur apporter du soutien moral. 

« [Les évacués de Pikangikum] parlent majoritairement la langue ojibwé, alors le gouvernement de l’Ontario enverra des traducteurs avec eux », explique Deanna Valentine.

À cela, Mme Valentine ajoute que le ministère des Services sociaux de la Saskatchewan collabore avec des groupes locaux afin d'offrir des activités récréatives aux personnes évacuées.

Pour l’instant, la province dit ne pas savoir combien de temps ces gens resteront en Saskatchewan.

De son côté, la vice-présidente de la Croix-Rouge en Saskatchewan, Cindy Fuchs, parle d’un mois ou moins.

« Nous sommes prêts à les accueillir pour un mois. Espérons que ce ne sera pas si long et que mère nature aidera ces gens à rentrer chez eux le plus rapidement possible », déclare-t-elle.

Avec les informations de Karel Houde-Hébert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Feux de forêt