•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La taxe sur la spéculation immobilière rapporte plus que prévu en Colombie-Britannique

Des maisons à Vancouver.

La taxe sur la spéculation immobilière a fait l'objet de critiques dans les quartiers plus huppés de Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Simon Charland-Faucher

Julie Landry

La taxe provinciale sur les logements inoccupés et la spéculation immobilière connaît du succès, rapportant 115 millions de dollars, au lieu des 87 millions de dollars prévus, selon le gouvernement provincial.

Cette taxe qui est entrée en vigueur en février dernier fait partie du plan provincial qui s'attaque à la crise immobilière et a pour but de modérer le marché.

« La taxe a été mise sur pied pour s'assurer que les propriétaires étrangers, les familles satellites et les gens qui utilisent les services locaux sans payer d'impôt sur le revenu en Colombie-Britannique contribuent à notre qualité de vie », a avancé la ministre provinciale des Finances, Carole James.

La grande majorité des Britanno-Colombiens (99,8 %) n'ont pas à la payer.

Selon les données du 4 juillet 2019, 12 029 propriétaires ont payé la taxe :

  • 4585 travailleurs étrangers;
  • 3241 familles satellites (la majorité du revenu de la famille est déclaré à l'extérieur du pays);
  • 1555 Canadiens vivant à l'extérieur de la C.-B.;
  • 2410 résidents de la C.-B.;
  • 238 autres (comme les propriétés appartenant à des sociétés ou des fiducies ayant de multiples propriétaires).

Maisons luxueuses

Si la taxe a rapporté plus que prévu, c'est notamment parce que les maisons visées valent beaucoup. En moyenne, elles valent 46 % de plus que les maisons qui en sont exemptes.

Localités où la taxe est appliquée (exclusivement) :

  • Région de Victoria
  • Grand Vancouver (sauf l'Île Bowen et Lions Bay)
  • Abbotsford
  • Chilliwack
  • Mission
  • Kelowna
  • West Kelowna
  • Nanaimo
  • District de Lantzville

Certains maires avaient critiqué le fait que leur municipalité était forcée d'appliquer cette taxe et demandaient d'avoir le choix de le faire. Carole James compte rencontrer tous les maires des municipalités touchées, au début du mois de septembre.

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier