•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le centre de tri de Tracadie est dans le rouge

La chute de la valeur du recyclage est en cause.

Des hommes travaillent sur une chaîne dans le centre de triage.

Le CSRIE a des problèmes financiers.

Photo : Radio-Canada / François Lejeune

Radio-Canada

Le centre de tri de Tracadie a des problèmes financiers. Une diminution de la valeur de la matière recyclée a fait chuter ses revenus.

Les frais d'exploitation du centre seraient d’environ 520 000 $, et ses revenus, de 275 000 $, soutient Oscar Roussel, le président du conseil d’administration de la Commission de services régionaux Péninsule acadienne (CSRPA).

Ce manque à gagner est explicable par une diminution de la valeur des ballots de recyclage, affirme-t-il.

Quelques années passées, les prix étaient quand même raisonnables; actuellement, les prix sont très, très bas, explique-t-il.

Une affiche à l'entrée du centre de tri.

Le centre de tri est un organisme sans but lucratif.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

La CSRPA a offert du soutien financier au centre de tri en payant le salaire des employés. La commission offre aussi des conseils financiers au centre de tri.

On ne veut pas arrêter le recyclage, on ne veut pas arrêter le tri non plus.

Oscar Roussel, président du conseil d’administration de la Commission de services régionaux Péninsule acadienne (CSRPA)

Le président attend maintenant que le centre de tri évalue sa situation pour proposer une solution viable à long terme.

[Le centre] devra prendre une décision à savoir si on entreprend des démarches avec des institutions financières ou si on ferme et qu’on cesse nos activités.

Un centre de tri à vocation sociale

Le centre de tri de Tracadie - la Coopérative de solidarité en recyclage et intégration à l'emploi (CSRIE), de son vrai nom - s’occupe du triage des déchets recyclés de toute la Péninsule acadienne.

Il s’agit d’un organisme sans but lucratif qui a pour objectif d’aider des personnes à besoins particuliers en leur offrant un emploi dans le centre de tri.

La CSRIE a pris sous son aile ces personnes-là, explique Oscar Roussel.

Le président par intérim du centre de tri, en poste depuis trois semaines, Patrice-Éloi Mallet, n’a pas souhaité accorder d’entrevue jeudi à ce sujet, puisqu’il souhaitait s’informer sur la situation du centre avant de la commenter.

Nouveau-Brunswick

Recyclage