•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des communautés isolées par des inondations près de la rivière Chilcotin

Un ranch est complètement inondé par la crue des eaux.

Les autorités affirment qu'une inondation de cette intensité ne se produit probablement qu'une fois tous les 200 ans.

Photo : Randy Saugstad

Radio-Canada

Des centaines de personnes ont été touchées par les inondations le long de la rivière Chilcotin et ses environs. Certaines régions sont isolées par la crue des eaux, le ravinement des routes et l’instabilité des terres, les pluies incessantes continuant de submerger la rivière.

Plus de 100 millimètres de pluie sont tombés en cinq jours, rendant au moins cinq routes impraticables. Les autorités affirment qu'une inondation de cette intensité ne se produit probablement qu'une fois tous les 200 ans.

Une rivière inondée

Le Chilcotin, qui s'écoule entre le plateau de Chilcotin et le fleuve Fraser, a été transformé en un torrent d'eau de crue brun foncé.

Photo : Kai Nagata

Environ 300 personnes vivant dans la Première Nation de Xeni Gwet'in, l'une des six communautés qui forment la nation locale Tŝilhqot'in, sont entièrement isolées dans la vallée de Nemaiah, car les trois principales routes d'accès ont été détruites.

Je n'ai jamais vu cette rivière aussi remplie, dit le chef Joe Alphonse, président du conseil de la nation Tsilhqot'in. C'est vraiment incroyable, le pouvoir de Dame Nature. Notre pays n'est pas habitué à cela, et de voir nos communautés touchées, cette fois par des inondations... cela ouvre assurément les yeux, dit-il.

La Chilcotin n'est pas fait pour ce genre de conditions météorologiques. Elle déborde de nos ruisseaux et de nos rivières. Des ponceaux sont en train de sauter. Des coulées de boue se produisent. Des ravins se créent.

Joe Alphonse, président du conseil de la nation Tsilhqot'in

Des appels à l'aide laissés sans réponse

Vue d'un hélicoptère sur les inondations.

Des ranchs situés près de la rivière Chilcotin, dans l'intérieur du centre-ville de Colombie-Britannique, ont été inondés après que l'eau de pluie eut poussé la rivière au-delà de ses rives, le week-end dernier.

Photo : Randy Saugstad

Le centre de prévision du régime fluvial de la province a commencé à surveiller les niveaux d'eau vendredi, mais un avertissement officiel d'inondation n'a été émis que dimanche.

En panique, les résidents ont appelé les autorités pour obtenir du renfort, mais leurs appels à l'aide auraient été laissés sans réponse pendant plusieurs jours. Nous ne semblons pas être d'intérêt pour le gouvernement, dit Randy Saugstad, un éleveur de Big Creek..

Les gens ont commencé à téléphoner aux autorités dimanche. On leur a finalement répondu à 8 h lundi matin, et malgré cela, personne ne venait.

Randy Saugstad, un éleveur de Big Creek.

La porte-parole du district, Emily Epp, assure que son centre d'urgence était actif lundi.

Le centre d'intervention d'urgence du [district régional de Cariboo] n'a pas été mis en place alors que tout ce déluge commençait. Il n'y avait personne à appeler ce week-end. Je pense qu'ils ont commencé à se mobiliser lundi et mardi, affirme M. Alphonse.

La nation Tŝilhqot'in a mis en place son propre réseau de secours d'urgence après avoir été dévastée en 2017 par une saison de feux de forêt sans précédent. Un rapport publié en avril révélait que le pays n'avait pas bénéficié d'un soutien adéquat au cours de l'été.

Le chef Joe Alphonse croit que les protocoles mis au point par sa communauté à la suite de cet événement sont maintenant fonctionnels, deux ans plus tard, pour aider celle-ci à faire face à la gestion de l'eau plutôt que des flammes.

Avec les informations d'Yvette Brend

Colombie-Britannique et Yukon

Incidents et catastrophes naturelles