•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de foyers privés de courant… à cause d’un écureuil

Une traverse brisée pend d'un poteau électrique.

Une traverse de poteau brisée dimanche et un court-circuit causé par un écureuil mardi ont privé de courant des milliers de foyers dans la région de Moncton.

Photo : Twitter

Radio-Canada

Les pannes d’électricité majeures survenues ces derniers jours dans la région de Moncton, au Nouveau-Brunswick, ont été causées par une traverse de poteau brisée et un écureuil.

Il est difficile de déterminer ce qui a causé la brisure de la traverse de poteau survenue dimanche, explique un porte-parole de la société Énergie NB, Marc Belliveau. Il peut s’agir de l’usure normale du matériel ou ce dernier a peut-être été frappé par un éclair.

Il a fallu environ deux jours pour faire les réparations, souligne M. Belliveau.

Environ 32 000 foyers se sont retrouvés paralysés pendant des heures, le temps qu’Énergie NB les alimente de nouveau à l’aide d’autres lignes électriques fonctionnelles.

De plus, mardi, 2600 foyers ont aussi perdu le courant parce qu’un écureuil a provoqué un court-circuit dans la sous-station électrique de la rue Wilbur, indique Énergie NB.

Le nombre d’incidents qui peuvent entraîner des pannes de courant inattendues par beau temps est remarquable, affirme Marc Belliveau.

Les pannes sont généralement causées par des arbres qui tombent sur des lignes, mais de petits animaux peuvent aussi en provoquer. Des écureuils ou des ratons laveurs qui transportent de petites branches peuvent en échapper sur des fils électriques, explique-t-il.

Enfouir les fils coûterait trop cher, estime Énergie NB

L’idée d’enfouir les fils électriques refait surface chaque fois que se produisent des pannes importantes, mais cela coûterait 10 fois plus cher que le statu quo, d'après M. Belliveau.

Le Nouveau-Brunswick compte 21 000 km de lignes de distribution, 7000 km de lignes de transmission et seulement 130 km de lignes enfouies.

Et lorsqu’une panne se produit sous terre, il est extrêmement difficile de trouver l’endroit exact, précise Marc Belliveau.

Lorsque des pannes se produisent, il n’est pas facile non plus de prédire à quel moment les abonnés touchés auront à nouveau du courant. Il faut trouver l’origine de la panne avant d'être en mesure de faire des réparations.

Énergie NB affiche habituellement sur son site Internet une estimation du moment auquel les gens peuvent s’attendre à ravoir le courant. Marc Belliveau dit comprendre la frustration des consommateurs dans une telle situation.

Avec les informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Énergie