•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première tentative ratée pour l’équipe de sauvetage des baleines noires

Des membres de l'équipe dans leur bateau

L'Équipe de sauvetage de baleines de Campobello est à Shippagan, dans le nord-est du Nouveau-Brunswick pour la semaine.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Radio-Canada

L’équipe était partie en mer mardi après-midi et avait réussi à localiser une des trois baleines empêtrées dans le golfe du Saint-Laurent. Elle a toutefois perdu sa trace lorsque l’avion qui la surveillait a dû revenir à terre pour faire le plein d’essence.

La baleine que l’Équipe de sauvetage des baleines noires de Campobello avait réussi à localiser est une de celles qui avaient été observées au large de Miscou, identifiée comme étant la baleine EG4440. L’équipe est aidée dans ses recherches par la Garde côtière canadienne, le ministère des Pêches et des Océans et des scientifiques de l’Aquarium de la Nouvelle-Angleterre.

L'animal a été observé avec une corde autour de son pédoncule, ou la partie supérieure de sa queue, et semble traîner quelque chose de lourd. C’est la façon dont elle est empêtrée qui la rend difficile à localiser, assure un des scientifiques de l’Aquarium de la Nouvelle-Angleterre, Philip Hamilton. Une autre baleine se promène dans le secteur avec une cicatrice sur la queue qui pourrait ressembler au cordage accroché à la baleine EG4440.

L’équipe est aussi à la recherche de deux autres baleines. Une première à l'est de la Gaspésie, au Québec et une autre à l'est de Miscou.

Des chercheurs de l’Université du Nouveau-Brunswick, de l’Université de Dalhousie, de l’Aquarium de la Nouvelle-Angleterre et de l’Institut canadien sur les baleines sont aussi à bord du bateau de l’équipe de recherche. Ils en profitent pour prendre des photos des différentes baleines qu’ils croisent pour les identifier en plus de prendre des échantillons de plancton pour mieux comprendre les interactions entre les baleines et leur nourriture.

Les conditions météorologiques demeurent venteuses depuis le début des recherches, ce qui n’aide pas l’équipe de sauvetage. Elle pense continuer sa mission durant une semaine.

Nouveau-Brunswick

Protection des espèces