•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Néo-Brunswickois sur quatre vit avec une incapacité

Un homme en fauteuil roulant

La mobilité réduite est le type d'incapacité le plus prévalent au Nouveau-Brunswick.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick compte environ 161 000 résidents vivant avec une incapacité physique, cognitive ou sensorielle, selon Statistique Canada.

La Nouvelle-Écosse en compte 229 000, ce qui constitue environ 30 % de sa population. Elle est en tête de liste au Canada.

À la grandeur du pays, on estime qu'environ 22 % des Canadiens vivent avec une incapacité. Toutes les provinces de l'Atlantique surpassent la moyenne canadienne.

Les incapacités des Néo-Brunswickois sont multiples, précise le directeur général du Conseil de la santé de la province, Stéphane Robichaud.

Ça peut être une incapacité mentale. Pour quelque raison que ce soit, ils ne peuvent pas opérer de façon quotidienne ou physique, explique Stéphane Robichaud.

Ça peut être une limite dans la mobilité quelconque. Soit des gens que l'on peut voir en fauteuil roulant ou d'autres personnes si elles ne sont pas en fauteuil roulant leur mobilité peut être réduite aussi, ajoute-t-il.

Le vieillissement de la population est un facteur qui pèse lourd dans cette question, selon l'organisme Capacité Nouveau-Brunswick, qui aide des personnes ayant un handicap. L’organisme ajoute que la province affiche l'un des plus hauts taux de sclérose en plaques au Canada.

La mobilité réduite est le type d'incapacité le plus prévalent au Nouveau-Brunswick.

Ce dont on s'aperçoit à l'heure actuelle, c'est que faute de bien identifier ces gens-là, on n’a aucune façon de savoir si au niveau des communautés si on est bien équipé pour les épauler. On n'a aussi aucune façon de s'assurer si au niveau du système de santé que l'on cible bien leurs besoins. Parce qu'au tout début, on ne les identifie pas, affirme Stéphane Robichaud.

Si l’on ne se donne pas la peine de bien comprendre les besoins des personnes ayant un handicap dans la province, on pourrait assister à un engorgement plus important du système de santé au cours des prochaines années, conclut Stéphane Robichaud.

Avec des renseignements de Francis Pilon

Nouveau-Brunswick

Modes de vie