•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de la moitié des résidences de la région sans gicleurs

Un gicleur

Un gicleur

Photo : iStock

Radio-Canada

Plus de la moitié des résidences privées pour personnes âgées de la Mauricie et du Centre-du-Québec ne sont toujours pas munies d’un système de gicleurs, selon des données du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec

Un texte de Sébastien St-Onge

Sur les 184 résidences dénombrées sur le territoire, 95 n'ont toujours pas de gicleurs, 15 le sont partiellement et 74 disposent du nombre de gicleurs exigés par la loi, en date du 10 juillet 2019.

La Mauricie et le Centre-du-Québec se retrouvent donc, conjointement, sous le seuil provincial. En effet, en date de janvier 2019, seulement 790 des 1799 établissements québécois, pour la plupart des grandes résidences, avaient répondu aux exigences.

Mercredi, le gouvernement du Québec a annoncé qu’il prolongeait jusqu’en 2022 la date limite pour l’installation de gicleurs dans les résidences privées pour personnes âgées et qu’il bonifiait la subvention accordée aux propriétaires pour effectuer les travaux.

Le gouvernement fait ainsi passer l’aide de 3300 $ par unité à 5000 $ par unité. À partir de maintenant, 25 % du montant de la subvention sera remis à la signature du contrat avec l’entrepreneur et le reste à la conclusion des travaux. Auparavant, la somme totale était versée seulement lorsque les travaux étaient complétés.

C’est que les propriétaires de plus petites résidences doivent généralement obtenir un prêt ou une hypothèque pour se conformer aux exigences de la loi. Certains s’étaient plaints que le délai de cinq ans établi au départ par le gouvernement était insuffisant et qu’ils éprouvaient de la difficulté à financer ces travaux.

Pas d’impact?

Mylène Cossette, propriétaire de la résidence Daniela, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, à Trois-Rivières, se questionne sur les avantages réels du montant d’argent supplémentaire octroyé par Québec.

Sa résidence compte 27 unités et n’est présentement équipée d’aucun gicleur. Les travaux seront réalisés d’ici l’an prochain. Elle ne croit pas que la bonification de la subvention ait un impact important sur la santé financière de sa petite résidence.

On va payer quand même les intérêts [du prêt]. Donc, est-ce que c’est vraiment avantageux? Moi je ne pense pas, dit-elle.

Mylène Cossette

Mylène Cossette doute de l'impact réel de la bonification par le gouvernement de la subvention accordée aux résidences pour aînées pour l'installation de gicleurs.

Photo : Radio-Canada

Du côté du Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA), toutefois, on estime que le programme va maintenant pouvoir progresser avec ces mesures.

« On est très satisfait. [...] Les petites résidences voulaient installer des gicleurs, mais n’étaient pas en mesure d’aller chercher un prêt auprès des institutions financières. C’est ça qui ralentissait et même le programme était complètement arrêté », explique Yves Desjardins, président-directeur général du Regroupement.

L’obligation d’installer des gicleurs dans toutes les résidences privées pour personnes âgées fait suite à la tragédie de L’Isle-Verte qui a fait 32 morts et 15 blessés en janvier 2014.

Mauricie et Centre du Québec

Politique provinciale