•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une trentaine de postes à pourvoir dans les écoles d'Opitciwan

L'école secondaire Mikisiw.

La communauté atikamekw d'Opitciwan espère recruter une trentaine d'employés dans les deux écoles situées sur son territoire.

Photo : Radio-Canada

Camille Carpentier

La communauté atikamekw d'Opitciwan lance une campagne de recrutement pour embaucher une trentaine d'enseignants et de membres du personnel pour ses écoles primaire et secondaire.

Plusieurs enseignants et des membres de la direction ont décidé de quitter la communauté à la fin de la dernière année scolaire. Le Conseil des Atikamekw d'Opitciwan cherche donc activement de nouveaux employés pour la rentrée des classes, à la mi-août.

D'ailleurs, Opitciwan cherche à améliorer la qualité de l'éducation offerte sur son territoire. Dès la rentrée, tous les enseignants devront obligatoirement être diplômés, ce qui n'était pas toujours le cas auparavant. Selon le chef du Conseil des Atikamekw d'Opitciwan, Christian Awashish, cela explique en partie le départ de plusieurs enseignants. Il espère par ailleurs que l'embauche de plus d'enseignants qualifiés contribuera à diminuer le taux élevé de décrochage scolaire.

Très peu [d’élèves] obtiennent leur diplôme d’études secondaires. Autant à l’école primaire et secondaire, on voit qu’il y a beaucoup de difficultés.

Il indique que cette décision a été prise à la demande des parents.

Les parents [...] veulent qu’on commence par ça, que les enseignants aient toutes les qualités et les compétences nécessaires pour donner un bon départ à nos enfants.

Christian Awashish espère attirer des enseignants fraîchement diplômés avec des salaires avantageux : le salaire de base à Opitciwan pour un enseignant sera désormais de 57 000 $. Ce salaire est accompagné d'une prime d'éloignement de 5000 $ par année. Ailleurs au Québec, le salaire de base des enseignants est d’environ 42 000 $ par année, selon ce qu’indique le Secrétariat du Conseil du Trésor.

Selon le chef Christian Awashish, la communauté peut offrir ces salaires compétitifs grâce à des subventions versées par le gouvernement fédéral.

En plus du salaire, la directrice de l'éducation au Conseil des Atikamekw d'Opitciwan, Nathalie Potvin, croit qu'il peut s'agir d'un défi intéressant pour de jeunes enseignants, puisque les lacunes sont grandes.

Je vous donne un exemple de jeunes de 3e année qui n'ont pas la notion de la lecture, dit-elle. Quel plaisir pour un enseignant de finir l'année et que l'enfant ait une fluidité en lecture! Je pense que pour un enseignant qualifié, ce sont des défis qu'on ne peut pas vivre au Québec normalement.

Par ailleurs, la communauté attend toujours la construction d'une nouvelle école primaire. L'école primaire Niska avait dû fermer ses portes temporairement cet hiver, en raison de la mauvaise qualité de l'air. Après des tests concluants, l'école a rouvert à la fin avril, et devrait continuer à accueillir les élèves au cours des prochaines années, en attendant la construction d'une nouvelle école.

Mauricie et Centre du Québec

Éducation