•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La dissolution de la Compagnie de transport de la Saskatchewan est achevée

Joe Hargrave, assis, donne une conférence de presse.

Le ministre Joe Hargrave invite les petites communautés à faire preuve d’ingéniosité pour trouver des solutions de transports viables adaptées à leur situation.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement provincial a présenté mercredi le dernier rapport annuel de la Compagnie de transport de la Saskatchewan (STC) qui indique que la dissolution de l'entreprsie a été complétée le 31 mars 2019.

À cette date, toutes les dettes et les actifs restants de l’entreprise ont été transférés à la Société d'investissements de la Saskatchewan (CIC).

Le ministre responsable de CIC, Joe Hargrave, indique qu’au 30 avril 2019, tous les actifs de la STC, y compris ses installations d’entretien à Regina, ont été vendus, rapportant au total 29,7 millions de dollars.

Le coût total du processus de dissolution de l’entreprise s’élève à 7,6 millions dollars, dont 5,6 millions de dollars en frais d’indemnité de départ.

En mai 2017, la STC a mis fin à ses activités à la suite de la décision du gouvernement provincial d’abolir les services publics d’autocars, qui pesait de plus en plus lourd sur le budget provincial.

À l’époque, le gouvernement avait indiqué qu’il lui coûterait 85 millions de dollars pour maintenir le service au cours des cinq années suivantes et qu’il préférait rediriger ces fonds ailleurs. Il affirmait que le nombre de passagers avait baissé de 77 % depuis 1980.

Joe Hargrave indique que le secteur privé prend la relève, mais concède que les résultats sont mitigés.

« Plusieurs entreprises privées ont été lancées. Certaines s’en sortent bien, mais d’autres rencontrent les mêmes problèmes que la STC », déclare-t-il.

Il cite en exemple l’entreprise de transport Greyhound qui a mis fin à ses services dans l’Ouest canadien l’automne dernier faute de rentabilité.

Le ministre invite les petites communautés à faire preuve d’ingéniosité pour trouver des solutions de transports viables adaptées à leur situation, tout en mentionnant le cas de la nouvelle navette médicale de Gravelbourg.

De son côté, le député du Nouveau Parti démocratique, Warren McCall, critique cette décision d'abolir les autocars de la STC qui a été prise, soutient-il, sans consulter la population.

« Ils n’ont pas eu la courtoisie de discuter honnêtement avec les Saskatchewanais sur une décision difficile à prendre. Les gens ont été laissés de côté », déplore-t-il.

Il croit que le gouvernement « sera jugé sur la base de cette décision ».

Avec les informations d'Emmannuelle Poisson

Saskatchewan

Transport en commun