•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le défi de la lutte contre le terrorisme au Canada : la collecte de données

Des fleurs dans la neige devant un grand bâtiment entouré d'un ruban de police jaune.

La fusillade au Centre culturel islamique de Québec a fait six morts et huit blessés en janvier 2017.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Colin Côté-Paulette

Dans leur désir de contrer la montée de l'extrémisme, les autorités canadiennes face à un défi de taille : la cueillette de données coordonnée à l'échelle nationale. Pour avancer sur ce front, les forces de l'ordre et des chercheurs de partout au pays se rassemblent tous les deux ans à l'occasion de l'école d'été du Réseau canadien de recherche sur le terrorisme, la sécurité et la société (TSAS).

Y'a-t-il un lien entre la faible scolarisation et le terrorisme? Entre l'extrémisme et l'immigration? C’est le genre de sujets sur lesquels la cinquantaine de participants se penchent, depuis lundi, à la rencontre à l'Université de Waterloo, en Ontario.

On pourrait penser que ces recherches de base ont déjà été faites, mais l’ironie c'est que ce n'est pas le cas, explique Lorne Dawson, directeur du TSAS. 

Lors de la fondation du TSAS en 2012, Lorne Dawson se souvient que presque aucune recherche d’envergure nationale n’avait été effectuée au Canada sur le terrorisme.

Les autorités devaient se baser sur des données recueillies par des agences américaines ou britanniques. 

Tranquillement, les choses avancent toutefois.

On commence à avoir des données solides sur ce qui se passe vraiment au Canada. […] À long terme, on veut que les politiques créées soient fondées sur des données claires, indique M. Dawson, à propos du mandat du TSAS.

Il souligne qu’en huit ans, de très nombreux chercheurs universitaires ont commencé à se pencher sur le terrorisme. Il reste maintenant à coordonner le tout, d’où la création de l’école d’été, pour que les gens puissent réseauter.

Une diversité d’horizons

Les universitaires, politiciens et des représentants des forces de l'ordre, qui participent à la rencontre doivent respecter des règles strictes de confidentialité, pour éviter que des informations sensibles soient divulguées. 

Des conférenciers spéciaux sont aussi présents, comme Susheel Gupta, un Canadien qui a perdu sa mère en 1985 lors de l'attentat d'Air India, l'attaque terroriste le plus grave de l'histoire du pays.

L'avion parti de Toronto a explosé en vol au-dessus de l'Atlantique, faisant 329 morts.

Je partage le point de vue des victimes d’attentat terroriste. [...] Le public canadien doit comprendre et se rappeler que des actes terroristes sont survenus au Canada. Ça n’arrive pas seulement ailleurs, alors on doit se préparer pour les prochains, souligne M. Gupta.

Même les étudiants curieux sont les bienvenus, comme Josh Shenker, un étudiant au baccalauréat en relations internationales à l’Université Western de London, en Ontario.

Je suis ici pour apprendre le plus possible. On a vraiment des conférenciers intéressants chaque jour, affirme M. Shenker.

Daech : toujours un défi

Selon Lorne Dawson, du TSAS, le retour des Canadiens qui sont allés combattre au sein du groupe armé État islamique est un autre problème auquel le pays devra faire face dans l'avenir.

On va devoir se pencher sur ces gens qui sont partis se battre avec le groupe armé État islamique et qui sont détenus dans des camps kurdes dans le nord de la Syrie. Certains pays les ont rapatriés. Nous, au Canada, on les a plutôt laissés là-bas, constate M. Dawson.

Selon lui, il sera difficile de trouver des preuves suffisantes pour les accuser et il faudra donc réhabiliter ces combattants, puisque ce sont des citoyens canadiens.

Autre défi : l’inévitable montée des groupes d’extrême droite partout dans le monde occidental, y compris au Canada. 

Depuis 2015, le Canada serait passé d’une centaine à approximativement 300 groupes d’extrême droite, selon M. Dawson.

Ces statistiques démontrent le besoin, pour les participants à l'école d’été, de réfléchir aux enjeux liés au terrorisme et à la sécurité et de poursuivre la recherche. 

Toronto

Terrorisme