•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Restreindre l’utilisation des bateaux de plaisance pour éviter l’érosion

Une personne conduit une motomarine.

La Ville de Windsor appelle les plaisanciers à réduire leur vitesse sur l'eau.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

La Ville de Windsor demande au ministre des Transports du Canada d’interdire la circulation de bateaux de plaisance à moins de 30 mètres du rivage. Le niveau record des eaux combiné à la circulation des bateaux menace plusieurs résidences en bordure de la rivière Détroit.

« Franchement ce que nous demandons en ce moment c’est : si vous n’avez pas besoin d’être sur la rivière, s’il vous plaît, n’y allez pas », a déclaré le maire de Windsor Drew Dilkens à la sortie d’une réunion d’urgence mardi au sujet de l’état des berges.

« C’est à ce point sérieux », a-t-il ajouté.

Windsor a besoin de l'intervention du gouvernement fédéral pour imposer temporairement des règles plus strictes en la matière, compte tenu du niveau de l’eau particulièrement élevé cette année. « Et nous n’avons même pas encore vu le niveau le plus qu’on puisse atteindre », a déclaré le maire de Windsor. « Ça ne baissera qu’au mois d’août ».

Pour l’instant, les représentants de la Municipalité se rabattent sur des mesures de sensibilisation du public.

Un quai s'avance dans la rivière Détroit, près de St Rose Beach.

Un quai ceinturé d'eau s'avance dans la rivière Détroit.

Photo : Radio-Canada / Rose St-Pierre

La Ville de LaSalle, située elle aussi dans le Sud-Ouest de l’Ontario, devrait elle aussi emboîter le pas afin de presser le ministre des Transports d’agir.

À la suite d’une réunion mardi entre des représentants des villes de Windsor et de LaSalle, la GRC, la Police provinciale de l’Ontario et les services de police municipaux des deux villes riveraines, une limite de distance des berges a été jugée plus appropriée qu’une limite de vitesse pour protéger les rives des vagues créées par la circulation des bateaux.

Selon une représentante de la police de Windsor, les agents surveilleront plus étroitement les plaisanciers dès cette semaine.

« C’est une bonne chose », déclare Gary Ditchfield, un propriétaire de bateau dont la résidence se trouve le long des berges de la rivière Détroit. « On ne se rend pas compte de la taille des vagues que nous produisons. C’est dangereux [...] on pousse plus d’eau et on n’a pas besoin de cela en ce moment » s’inquiète-t-il.

Avec les informations de CBC

Windsor

Incidents et catastrophes naturelles