•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise en service du sarcophage recouvrant la centrale de Tchernobyl

Vue sur un immense hangar de béton de forme arrondie.

Il en a coûté plus de 2,2 milliards de dollars pour construire ce gigantesque sarcophage par dessus le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl.

Photo : Getty Images / Brendan Hoffman

Agence France-Presse

L'arche de confinement destinée à recouvrir les débris radioactifs du réacteur accidenté de la centrale de Tchernobyl en Ukraine, théâtre d'un des plus graves accidents nucléaires de l'histoire, a officiellement été mise en service mercredi et placée sous le contrôle des autorités.

Construite par le consortium français Novarka, coentreprise des groupes français Bouygues et Vinci, la structure de 108 mètres de haut et d'un poids de 36 000 tonnes a été mise en place en 2016 avec plusieurs années de retard, puis achevée en décembre 2018.

La mise en service de l'arche, qui doit assurer la sécurité du site pour les 100 ans à venir, va permettre le démantèlement du dôme précédent installé par les liquidateurs soviétiques.

Son coût, soit plus de 2,2 milliards de dollars, a été financé par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et par la communauté internationale.

« Il s'agit d'une nouvelle étape dans la transformation de Tchernobyl en un environnement sûr et sans danger », a indiqué la BERD dans un communiqué.

Aujourd'hui, nous recevons les clés de l'installation, qui a été créée par les efforts communs de dizaines de pays afin de protéger la planète entière et l'humanité de la contamination radioactive.

Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine

Le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986, contaminant, selon certaines estimations, jusqu'aux trois quarts de l'Europe.

Après cette catastrophe, les autorités ont évacué des centaines de milliers de personnes, et un vaste territoire couvrant plus de 2000 kilomètres carrés est resté abandonné.

Trois autres réacteurs de la centrale ont continué de fonctionner après le drame. Le dernier a été arrêté en 2000, marquant la fin de toute activité industrielle à Tchernobyl.

Les catastrophes de Tchernobyl et Fukushima au Japon (2011) ont été classées au niveau 7 (effets considérables sur la santé et l'environnement), soit le niveau de gravité le plus élevé sur l'échelle internationale des accidents nucléaires (INES).

Vue intérieure du sarcophage qui recouvre le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl.

Vue intérieure du sarcophage qui recouvre le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl.

Photo : Getty Images / Brendan Hoffman

Des milliers de morts plus tard

En 2005, un rapport controversé de l'ONU a estimé à 4000 le nombre de décès avérés ou à venir dans les trois pays les plus touchés par la catastrophe de Tchernobyl, soit l'Ukraine, la Biélorussie et la Russie.

Un an plus tard, l'ONG Greenpeace a évalué à 100 000 le nombre de décès.

De leur côté, les autorités ukrainiennes avaient fait état en 1998 d'environ 12 500 morts parmi les liquidateurs.

Accidents et catastrophes

International