•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est un départ pour la navette médicale de Gravelbourg

Une fourgonnette blanche stationnée à Gravelbourg

La navette pourra transporter une personne en fauteuil roulant, mais seulement si elle peut sortir de celui-ci pour s’asseoir dans un siège.

Photo :  Facebook

Radio-Canada

Il n'est pas toujours facile d'avoir accès au système de santé quand on réside dans un petit village situé loin d'un grand centre. C'est pourquoi un groupe de bénévoles lance aujourd'hui à Gravelbourg un service de navette médicale.

Après plusieurs mois de planification de la part d’une équipe de bénévoles, le service de navette Gravelbourg Cares sera en service dès mercredi.

Aux prises avec une population vieillissante, Gravelbourg n'offrait aucun service de transport; l'accès aux grands centres pour avoir accès à des services de santé qui ne sont pas offerts dans le village était donc problématique. Résultat : les gens devaient parfois déménager.

Cette navette permettra donc aux résidents de la région de se rendre à leurs rendez-vous médicaux et de demeurer dans le village, espèrent les bénévoles.

« Il y a des gens qui partent, et nous voulons empêcher cela », a déclaré la coordonnatrice du projet, Lynn Holmes, qui ne cache pas le désir d’inciter de nouvelles personnes à s’enraciner dans ce village situé à moins de 200 kilomètres de Regina.

Le coût d’un trajet aller-retour correspond à un don minimal suggéré, puisque le service est enregistré en tant qu'organisme de bienfaisance.

Coût d'un aller-retour :

  • Regina : 50 $
  • Moose Jaw : 40 $
  • Swift Current : 45 $
  • Assiniboia : 35 $

« Navette du bien-être »

La fourgonnette, achetée avec l’aide de la Ville et d’autres donateurs, ira chercher les gens à leur domicile pour les mener à destination.

Tout ce que les passagers doivent faire est d'appeler un répartiteur pour les informer du jour et de l’heure du rendez-vous.

Lynn Holmes appelle ce service une « navette du bien-être » : « Nous pouvons en quelque sorte prendre soin de l’esprit, du corps et de l’âme des gens. »

Elle estime aussi que cela réduira les trajets en ambulance, en plus de donner un brin de répit aux familles des passagers.

Avec les informations de CBC News

Saskatchewan

Santé publique