•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les résidences pour aînés auront deux ans de plus pour installer des gicleurs

Un gicleur

Photo : iStock

Radio-Canada

Cinq ans et demi après la tragédie de L'Isle-Verte, le gouvernement du Québec prolonge jusqu'en 2022 la date limite pour l'installation de gicleurs dans les résidences privées pour personnes âgées, tout en bonifiant la subvention qui leur est accordée pour ces travaux.

En vertu de ces changements, les propriétaires de résidences ont jusqu'au 2 décembre 2022, plutôt que 2020, pour terminer l'installation de gicleurs.

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, en a fait l'annonce mercredi matin en compagnie de sa collègue des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest, et de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

C'est en 2015 que le gouvernement du Québec avait ordonné aux résidences pour personnes âgées de procéder à l'installation de gicleurs, à la suite de l’incendie d’une résidence pour personnes âgées de L'Isle-Verte, en janvier 2014. Cette tragédie avait fait 32 morts et 15 blessés.

Mais le programme, tel qu’il a été conçu par le précédent gouvernement, est un échec, affirme la ministre Blais.

Seules 57 résidences ont obtenu du financement à hauteur de 1,7 million de dollars, sur un programme de 183 millions, a-t-elle expliqué sur ICI RDI. Ce n'est pas normal, il y a une difficulté, dit-elle.

La ministre Blais assure qu'avec les modifications qu'elle y apporte, le programme sera mieux adapté à la réalité économique et financière des résidences privées pour aînés [RPA].

Ainsi, Québec fait passer la subvention par unité de 3300 $ à 5000 $.

Les RPA qui ont déjà bénéficié du programme seront admissibles à cette bonification, affirme Marguerite Blais.

Dans le cas des résidences privées pour personnes âgées qui sont des organismes à but non lucratif (OBNL), la subvention sera calculée pour chacune des pièces « des unités de type logement ».

De plus, le versement de cette aide financière sera échelonné différemment : 25 % de l’aide sera versée à la signature du contrat avec l’entrepreneur et 75 % à la réception de l’attestation de conformité à la fin des travaux.

Un couple âgé se tenant par la main en regardant le soccer à la télévision.

En décembre 2022, les résidences privées pour personnes âgées de la province devront être munies d'un système de gicleurs.

Photo : Radio-Canada / Pierre Deshaies

Des résidences ont fermé leurs portes

La ministre Blais affirme avoir écouté les doléances des propriétaires de résidences pour aînés, qui s’étaient plaints du délai trop court pour faire installer des gicleurs. Ces propriétaires disaient éprouver des difficultés à financer les travaux, qui se révélaient encore plus coûteux dans les immeubles plus anciens.

Marguerite Blais soutient que depuis cinq ou six ans, 549 petites résidences pour personnes âgées ont dû fermer leurs portes.

Une situation qui pénalise encore plus durement les personnes âgées qui vivent dans de petites municipalités et qui tiennent à y rester, se désole Mme Blais. C'est énorme pour nos petites villes, nos petits villages.

Certes, les coûts liés à l'installation de gicleurs n'étaient pas le seul facteur expliquant ces fermetures, « mais c'était un irritant majeur », précise-t-elle, car les propriétaires n'obtenaient pas de leur institution financière le soutien nécessaire pour faire financer les travaux.

Le versement, dès le début, du quart de l'aide financière devrait remédier à cette situation, croit Marguerite Blais.

Un avis que partage le représentant du Regroupement québécois des résidences pour aînés, Yves Desjardins : Les petites résidences devaient emprunter l'argent, puisque le remboursement de la subvention arrivait à la fin des travaux et était étalé sur cinq ans.

Judith Gagnon, qui préside l'Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées, se réjouit aussi. Si le gouvernement avait opté pour le statu quo, le résultat aurait été piteux, dit-elle.

Ça tient compte des besoins et de la réalité des résidences, affirme Mme Gagnon, et c'est important de donner le temps d'installer des gicleurs.

1000 résidences insuffisamment protégées

Au dernier décompte, en janvier 2019, près de la moitié des résidences du Québec ne s’étaient toujours pas conformées aux nouvelles règles sur l'installation de gicleurs.

Selon des données du ministère de la Santé et des Services sociaux, en date du 4 janvier 2019, 43,91 % des résidences pour personnes âgées de la province, soit 790 des 1799 établissements, avaient fait installer le nombre de gicleurs exigé par la loi.

C'est donc dire qu'environ un millier de résidences n'ont pas encore les dispositifs nécessaires.

Et parmi celles qui les ont, les gicleurs avaient été installés avant 2015, affirme la ministre. Il s'agit le plus souvent de grandes résidences.

Politique provinciale

Politique