•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chasse à l’orignal : un permis après 20 ans d’attente

Un orignal mâche les feuilles d'un arbre.

Un orignal en bordure du sentier Skyline, dans le Parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse.

Photo : iStock / lightphoto

Radio-Canada

Pour la première fois en 20 ans, l’Acadien Éric Roy pourra enfin chasser l’orignal. Son nom a finalement été pigé, avec 4743 autres chasseurs du Nouveau-Brunswick.

Les résultats du tirage annuel des permis de chasse à l’orignal au Nouveau-Brunswick sont maintenant connus. En tout, 4744 chasseurs ont vu leur nom être pigé parmi les quelques 55 000 demandes acheminées au ministère du Développement de l’énergie et des ressources.

Parmi ceux-ci, Éric Roy, d’Alcida, dans le nord-est du Nouveau-Brunswick. Après 20 ans d’attente, le chasseur n’arrive pas à cacher sa joie.

Je me suis levé de bonne heure, j’ai regardé des messages de mes oncles sur mon cellulaire pour me dire qu’ils n’avaient pas été chanceux, raconte-t-il. Une fois arrivé au travail, j’ai pu vérifier et comme de fait j’ai vu "Félicitations". Là, j’étais tout content, et j’ai envoyé les textos à la gang pour dire que c’était moi qui avais été chanceux cette année.

Il est en entrevue.

Le chasseur Éric Roy fait partie des 4744 Néo-Brunswickois qui pourront chasser l'orignal cet automne.

Photo : Radio-Canada

La province a apporté des changements aux règles pour augmenter les chances des chasseurs dont le nom n'avait pas été choisi depuis 20 ans et plus cette année.

Nouveau-Brunswick

Chasse et pêche